Les contrôles de détection de l'EPO (érythropoïétine) seront pratiqués dans le cyclisme à partir du Tour des Flandres le 8 avril prochain, a annoncé le président de l'Union cycliste internationale (UCI), le Néerlandais Hein Verbruggen, au quotidien français Le Figaro dans son édition de samedi. Le plan de l'UCI s'appuiera à la fois sur les prélèvements sanguins et urinaires. Il fera notamment appel à la méthode française de détection à partir des urines mise au point par le Laboratoire national de Châtenay-Malabry.

Les détails de l'opération seront dévoilés officiellement «autour du 1er avril», «L'essentiel est de respecter notre engagement», a déclaré Hein Verbruggen en faisant référence à ses déclarations, en décembre dernier, selon lesquelles le problème de la détection de l'EPO serait résolu début avril.

Le président de l'UCI s'est félicité également de l'action de la Fédération internationale de biathlon (IBU) qui a fait procéder, jeudi dernier à Oslo, à des contrôles sur les cinq premiers des classements généraux de la Coupe du monde (messieurs et dames).

LT