Le souvenir de la 4e place décrochée lors des Mondiaux de 1998 en Suisse est encore vivace dans les esprits, même si l'édition 1999 (8e place) avait quelque peu douché l'euphorie née à Zurich et Bâle. Cette année encore à Saint-Pétersbourg, la sélection helvétique emmenée par Ralph Krueger rêvera d'un nouvel exploit, tout en redoutant de revivre la cuisante leçon de hockey prise l'an passé face aux Scandinaves. Lors de ses deux derniers matches de préparation cette semaine, elle s'est en effet inclinée sèchement contre la Suède (6-2) et la Finlande (4-1), deux des plus sérieux prétendants au titre avec la Russie et la République tchèque.

A défaut de rêver à un sacre qu'elle n'a jamais connu dans son histoire, l'équipe de Suisse pourra se réjouir d'être en phase de «normalisation»: comme ses homologues européens, qui comptent sur le retour d'Amérique de leurs légions de mercenaires, elle espère qu'après Mark Streit (Springfield), ses deux autres joueurs évoluant outre-Atlantique rejoindront la sélection à Saint-Pétersbourg dès que leurs équipes respectives seront éliminées des play-off d'American Hockey League (AHL): David Aebischer, le gardien des Hershey Bears, le club ferme des Colorado Avalanches, et Michel Riesen, l'attaquant des Hamilton Bulldogs, le club ferme des Edmonton Oilers.

Dans le cadre du tour préliminaire, la Suisse affrontera aujourd'hui les Etats-Unis. Un match piège, face une formation généralement bricolée à la dernière minute mais au jeu très physique contre lequel elle s'était heurtée en vain l'an passé en Norvège. Pour leur deuxième match lundi, et pour la troisième année consécutive, les joueurs de Ralph Krueger retrouveront ensuite l'équipe de France. Avec Cristobal Huet dans les buts et un certain Philippe Bozon en attaque, deux joueurs de Lugano, elle constitue un adversaire contre lequel la dimension émotionnelle n'est jamais absente. Enfin, pour son troisième et dernier match du premier tour mercredi, l'équipe de Suisse affrontera la Russie. Celle-ci n'a plus remporté le titre depuis 1993 et aligne une équipe qui laisse présager de ses intentions: une dizaine de joueurs de NHL devraient être de la partie, parmi lesquels Oleg Petrov (Canadiens Montréal, ex-Ambri-Piotta).

Seules les trois premières équipes de chacun des quatre groupes (lire infographie) seront qualifiées pour le tour intermédiaire. Ce qui laisse à la Suisse une chance sérieuse de passer le premier tour. Voire le second, puisqu'au tour intermédiaire, les douze équipes seront réparties en deux poules de six dont les quatre premiers se qualifient pour les quarts de finale.

La sélection suisse:

Reto Pavoni, Martin Gerber, Pauli Jaks; Martin Steinegger, Mathias Seger, R. Ziegler, Patrick Fischer, Edgar Salis, Patrick Sutter, Olivier Keller, Julien Vauclair; Patrick Fischer, Mark Streit, Gian-Marco Crameri, Marcel Jenni, Alain Demuth, Reto Von Arx, Ivo Rüthemann, Patric Della Rossa, Michel Zeiter, Flavien Conne, Thomas Ziegler, Jean-Jacques Aeschlimann, Claudio Micheli.

entraîneur: Ralph Krueger.