La nouvelle ne faisait plus guère de doutes, elle a été confirmée ce vendredi matin par la FIFA: lors du tirage au sort des éliminatoires de la Coupe du monde 2022, l’équipe de Suisse de football figurera dans le deuxième chapeau. Cela signifie que pour obtenir sa qualification directe pour le Qatar, elle devra dominer un adversaire de tout premier plan à choisir (le 7 décembre à Zurich) parmi la Belgique, la France, l’Angleterre, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la Croatie, le Danemark, l’Allemagne et les Pays-Bas.

Sur les enjeux de cette fin d’année: La Nati menacée de déclassement

Ce n’est pas exactement inédit pour la Nati, qui a participé aux trois dernières éditions du tournoi malgré sa position dans le deuxième, voire le troisième chapeau des éliminatoires européen. Mais ses excellents résultats de ces dernières saisons la plaçaient, il y a encore quelques mois, en excellente position pour briser son plafond de verre et aborder son groupe en tant que favorite. Son année 2020, blanche du moindre succès sur le terrain, l’en aura empêchée au dernier moment, et au bénéfice des Pays-Bas.

Un succès qui n’en a pas le goût

Ceux qui, à l’avenir, consulteront les archives à la hâte retiendront pourtant que les hommes de Vladimir Petkovic ont signé une victoire durant l’année: ils ont été crédités d’une victoire 3-0 contre l’Ukraine. Le résultat, toutefois, n’a pas été obtenu le mardi 17 novembre sur la pelouse de la Swissporarena mais décrété par l’UEFA, qui a dû se prononcer après la mise en quarantaine de toute l’équipe d’Andreï Shevchenko par le médecin cantonal lucernois…

Lire aussi: Suisse-Ukraine, le grand flou

Ce «succès» qui n’en a pas vraiment le goût permet à l’équipe de Suisse d’éviter le déclassement dans une autre compétition, la Ligue des nations, où elle conserve sa place dans l’élite. Lors de la prochaine édition, elle aura de nouveau l’occasion d’y affronter certaines des plus redoutables formations du continent. Et de (se) prouver qu’elle mérite sa place dans le premier chapeau de quelque tirage au sort que ce soit.