Football

L’équipe de Suisse évite le piège géorgien

Au bout d’un match maîtrisé à défaut d’être enflammé, les hommes de Vladimir Petkovic se sont imposés 0-2 à Tbilissi pour entamer leur campagne qualificative vers l’Euro 2020

En début de semaine, Vladimir Petkovic avait, pour décrire le style de jeu de la Géorgie que son équipe de Suisse se préparait à affronter, dit qu’il se situait à la croisée d’influences russes et brésiliennes. Que la formation dirigée par le Slovaque Vladimir Weiss ne se satisfaisait pas de subir, et qu’elle tentait en toutes circonstances de produire du bon football. Elle n’y est pas vraiment parvenue, samedi à Tbilissi, où la Nati s’est imposée 0-2 grâce à des buts de Steven Zuber et de Denis Zakaria.

Lire aussi: David Lemos, pastel de Nati

Il s’agit d’un départ idéal dans le groupe D des éliminatoires vers l’Euro 2020, qui compte également la République d’Irlande, Gibraltar et le Danemark, que l’équipe de Suisse affrontera à Bâle dès mardi (20h45). Mais sans plusieurs atouts offensifs (Xherdan Shaqiri, Haris Seferovic et Admir Mehmedi blessés), son succès a mis du temps à se dessiner. En première mi-temps, elle a maîtrisé son sujet sans parvenir à se créer de véritables occasions.

La crainte Fabian Schär

Elle s’est par contre fait une grosse frayeur lorsque, à la suite d'un choc sur corner, le défenseur Fabian Schär est tombé lourdement, inanimé. Contre toute attente, il a pu se relever et continuer la partie. C’est même lui qui, en deuxième période, a réussi une magnifique longue passe pour Breel Embolo, qui a intelligemment glissé le ballon à Steven Zuber pour un premier but tout en finesse. La Géorgie s’est révélée incapable de réagir après cette ouverture du score, et la domination de la Nati s’est accentuée.

Lire aussi: Gardien, je viens si je joue

Impeccablement démarqué, le joueur du FC Bâle Albian Ajeti – entré en cours de jeu – aurait pu marquer le 2-0 mais il a buté sur le portier adverse et c’est le Genevois Denis Zakaria, au rebond, qui a pu inscrire son deuxième but sous le maillot national.

Après avoir conclu son année 2018 sur un festival (5-2 contre la Belgique en Ligue des nations), l’équipe de Suisse commence 2019 par une performance solide et sérieuse. Contre un adversaire certes limité, elle n’a (presque) jamais été mise en danger et dans ce genre de match, c’est l’essentiel.

Publicité