Longtemps, on a cru les coups à la tête et leurs conséquences sur le cerveau réservés aux boxeurs. Après tout, mettre l’adversaire KO y est un peu le but du jeu. Mais depuis une dizaine d’années, d’autres sports, qui n’appartiennent pourtant ni à la catégorie des sports de combat ni à celle des sports dangereux, sont régulièrement mis en cause et, sous la pression des travaux de Bennet Omalu, ont commencé à s’interroger sur les conditions d’une pratique plus sûre et responsable.