Il faudra patienter jusqu’aux deux derniers matchs du premier tour de l’Euro pour savoir où et contre qui l’équipe de Suisse disputera son huitième de finale. Elle aurait pu être fixée dès l’épilogue du groupe E, mais il aurait pour cela fallu que le troisième termine avec un moins bon bilan que la Finlande (3 points, différence de buts de -2). Il aurait fallu que la Pologne batte la Suède, et elle a perdu 3-2. Et puis, il aurait fallu que la Slovaquie résiste mieux à une Espagne enfin mordante, qui lui a enfilé cinq buts pour signer le gros carton de la première phase.

Lire aussi: Pour la Roja, un fardeau en héritage

Jusqu’ici, les hommes de Luis Enrique avaient été très décevants. Incapables de trouver l’ouverture contre une Suède recroquevillée sur ses bases arrières (0-0). Tenus en échec par la Pologne de Robert Lewandowski (1-1). Avant le dernier match, contre une sélection slovaque qui n’avait aucune raison de ne pas croire en ses chances, ils risquaient l’élimination pure et simple.

Héros malheureux

Dès le début de la partie, l’Espagne s’est installée dans le camp adverse. Après dix minutes, elle obtenait un penalty (logique) après recours à l’assistance vidéo à l’arbitrage. Mais Alvaro Morata échouait à tromper Martin Dubravka, et son équipe pouvait craindre une nouvelle soirée à tourner autour du pot sans jamais découvrir ce qu’il contient. Quelques occasions moissonnées vinrent encore nourrir cette impression. Mais la partie a fini par prendre un autre tournant.

Héroïque jusque-là, le gardien slovaque y a bien malgré lui contribué en propulsant dans sa propre cage un ballon qui avait ricoché sur la barre transversale. But gag. Heureusement pour lui, le score n’en est pas resté là. Décidément supérieure dans le jeu, la Roja a doublé la mise juste avant la pause par le transfert de l’été Aymeric Laporte (qui a acquis la nationalité espagnole en vue du tournoi). Et elle a considérablement salé l’addition en seconde mi-temps grâce à Pablo Sarabia et Ferran Torres, avant qu’un deuxième autogoal – de Juraj Kucka cette fois-ci – ne donne au score son allure définitive.

Ce carton ne suffit toutefois pas à l’Espagne pour virer en tête du groupe, la Suède étant parvenue à dominer la Pologne. Robert Lewandowski a ramené son équipe à 2-2 à la 84e minute, mais Viktor Claesson a trouvé le moyen d’offrir la victoire aux siens dans les arrêts de jeu. Si la Suède ne connaît pas encore son adversaire au prochain tour, l’Espagne sait qu’elle affrontera la Croatie le 28 juin à Copenhague. La Slovaquie et la Pologne sont, elles, éliminées.