Wei Shihao n’aurait pas dû tacler. Il était en retard sur son adversaire. Sans doute le savait-il. Mais l’Ouzbékistan venait d’ouvrir le score dans ce match pour la troisième place de la China Cup et il fallait redoubler d’engagement pour tenter d’inverser la tendance. Alors il s’est élancé, trop viril, pas du tout correct.

Sur le moment, le jeune homme de 23 ans s’en est beaucoup mieux tiré que le pauvre Otabek Shukurov qui a quitté le terrain la jambe brisée: il n’a récolté de la part de l’arbitre qu’un carton jaune. Une sanction très clémente au vu des images, mais ce n’était là que le début de ses ennuis.