Alors que l’ouverture faite mercredi par le Conseil fédéral à une possible reprise de la Super League à partir du 8 juin semble diviser les clubs suisses, de nombreux pays européens ont des fourmis dans les crampons. En Italie et en Espagne, les équipes professionnelles ont reçu l’autorisation de reprendre les entraînements individuels ce lundi.

Les Allemands pourraient être les premiers à rejouer, vers la mi-mai. Dans une interview à Bild, le ministre allemand des Sports s’y est dit favorable, mais en précisant qu’un seul cas positif au Covid-19 au sein d’une équipe mettrait tout le monde en quarantaine. Le Portugal, l’un des pays les moins touchés par la pandémie, espère suivre et reprendre le championnat le dernier week-end de mai.

La Premier League en Australie?

Pas de date de reprise connue en Espagne (des tests médicaux précéderont une éventuelle reprise de la Liga en juin) ni en Angleterre, où la Premier League a affirmé vendredi vouloir finir la saison, afin de maintenir l’intégrité de la compétition, mais seulement «lorsque les conditions le permettront», «avec l’accord du gouvernement» et «sous les conseils d’un expert médical». Un agent a proposé à la ligue anglaise de délocaliser la fin de saison en Australie.

Après les annonces décourageantes du premier ministre Edouard Philippe, la France est devenue le deuxième pays à arrêter définitivement sa saison. Mais si le premier, les Pays-Bas, a décrété une saison blanche, sans classement, la Ligue 1 a sacré le PSG, qualifié l’OM et Rennes en Ligue des champions, relégué Amiens et Toulouse, et promu Lens et Lorient.