Si les dieux du football existent, ils ne manquent pas d’humour. Pour son premier match au Championnat d’Europe espoirs, l’équipe de Suisse a signé contre l’Angleterre une performance irréprochable d’engagement, de solidarité et de rigueur tactique. En un mot: maîtrisée. Mais c’est sur l’un des rares gestes un peu hasardeux observés sur la pelouse de Koper (Slovénie) qu’elle a fini par s’imposer 1-0.

Les hommes de Mauro Lustrinelli auraient pu marquer grâce à leur pressing savamment orchestré (Andi Zeqiri, 15e). Ou sur un schéma de balle arrêtée minutieusement mis en place (Miro Muheim, 28e). Ils auraient dû, aussi, bénéficier d’un penalty pour faute de main juste avant la mi-temps… Mais non: ils ont pris l’avantage à la 78e minute de jeu sur la frappe d’un Dan Ndoye en train de s’encoubler, qui a trouvé la lucarne opposée presque sans la chercher. Magnifique, oui, même si un peu chanceux.

Pas la balle, et alors?

Dans leur prestation globale, les jeunes Suisses n’ont en revanche rien laissé au hasard. Leur sélectionneur avait insisté la veille: il voulait que son équipe «impose son plan» et ne subisse pas celui d’une Angleterre favorite. En l’occurrence, il s’agissait de rester compact, de ne laisser aucun espace en phase défensive et de se montrer créatif dans le camp adverse. Mauro Lustrinelli se doutait bien que ses protégés n’auraient pas le ballon et il avait raison: 67% de possession pour les «trois lionceaux» au coup de sifflet final. Mais les occasions, elles, avaient été suisses.

Lire aussi: En football, le Brexit met fin à l’exode des jeunes talents

La victoire, obtenue face à une armada de joueurs de Premier League unanimement identifiée comme candidate au titre, constitue un authentique exploit. Mais elle n’a en aucun cas été volée, et elle augure le meilleur pour la suite du tournoi, contre la Croatie dimanche puis le Portugal trois jours après. «Nous avons une équipe magnifique, nous avons beaucoup d’ambition, nous pouvons réaliser de grandes choses», promettait mercredi Andi Zeqiri, au diapason de ce que semblent penser tous ses coéquipiers. La bande a montré en 90 minutes de football simple et précis que ce n’était pas du bluff.