C’est une manie qui affole les réseaux sociaux et exaspère les milieux athlétiques: prétendre que tel sportif un tant soit peu rapide court plus vite qu’Usain Bolt. Le recordman du monde du 100 m (9''58) et du 200 m (19''19) y est certes un peu pour quelque chose, lui qui a cru pouvoir devenir footballeur à 32 ans. Le football est coutumier de la confusion inverse, et proclame aussi hâtivement qu’indûment Kylian Mbappé ou Erling Braut Håland supérieurs à la référence du sprint, mélangeant vitesse instantanée et vitesse moyenne dans un cas, départ lancé et départ arrêté dans l’autre.

Le «nouveau Bolt» du mois nous vient d’un endroit beaucoup plus inattendu: une rizière du Karnataka, dans le sud de l’Inde. C’est là, dans une sorte de long sillon noyé par une eau trouble, que se pratique un étonnant sport traditionnel appelé kambala dans la langue locale tulu. Le kambala est un duel entre deux attelages composés chacun de deux buffles derrière lesquels un driver, une longe dans une main, une baguette de bois dans l’autre, tente tout autant de suivre le rythme que d’orienter la course.