C’est à peine si les Fribourgeois remarquent les fortes bourrasques de neige qui s’abattent sur la cité des Zaehringen ce vendredi. Les visages des passants sont réjouis, les cœurs semblent légers. Dans les cafés, un sujet de conversation revient en boucle: la qualification de Gottéron pour les demi-finales des play-off, acquise jeudi soir de haute lutte (3-2 après prolongation) contre les Zurich Lions, champions de Suisse et d’Europe en titre.

«C’est extraordinaire. Il y avait une ambiance de folie à la patinoire», commente Alex Glardon, 37 ans, qui possède un abonnement en place assise depuis cinq ans. «Cela a été un match très difficile. Fribourg a été mené à la marque durant presque toute la partie. Et puis soudain, à douze secondes du terme du temps réglementaire, Julien Sprunger qui réussit à arracher l’égalisation! Alors que Ryan Gardner, le top-scorer zurichois venait de manquer notre but vide en tirant sur le poteau…»

Le public fribourgeois a encouragé son équipe favorite à en perdre haleine. «La patinoire vibrait. Après l’égalisation, le vent a tourné. Fribourg avait été dominé jusqu’à cet instant, mais là, on a senti qu’il ne pouvait plus rien nous arriver», poursuit Alex Glardon. Lorsque Julien Sprunger marque son troisième but personnel de la soirée, synonyme de qualification pour les dragons, c’est le délire dans les tribunes.

Les fans resteront encore trente bonnes minutes sur place, jusque vers 23h30, rappelant les joueurs sur la glace. Ces derniers reviendront brandissant une tête de lion en peluche juchée sur une canne, tandis que la sono diffuse «Le lion est mort ce soir», tube mythique d’Henri Salvador. Contrairement à samedi passé, où cela était un peu prématuré, la chanson est reprise cette fois à l’unisson par le public. En route pour les demi-finales, conte Berne ou Davos.