L'Italie devra bien quitter Rome si elle entend aller loin, mais en attendant, elle disputera le premier tour du Championnat d'Europe des nations comme à la maison. Ce vendredi, la cérémonie d'ouverture de la 16e édition du tournoi précédait le match d'inauguration contre la Turquie au Stadio Olimpico, où la Squadra Azzurra retrouvait (une partie de) son public. Elle n'a pas manqué de lui faire honneur en s'imposant sur le score de 3-0.

A lire: A Bakou, le football pour effacer la guerre

La première mi-temps fut très fermée, entre des Italiens prudents et des Turcs regroupés très bas dans leur camp, attendant une opportunité de contrer qui n'est jamais vraiment venue. Le verrou a sauté en début de seconde période, sur un centre puissant de Domenico Berardi détourné dans son propre camp par le malheureux Merih Demiral. Il était clair que ses coéquipiers allaient devoir se découvrir un peu, et cela ne leur réussit pas. A la 66e minute de jeu, Ciro Immobile doublait la mise. Treize minutes plus tard, Lorenzo Insigne alourdissait l'addition.

A lire: 1960-2020, l'épopée chahutée de l'Euro

Les statistiques ne disent jamais tout d'une partie, mais en l'occurrence elles sont éloquentes en faveur de l'Italie: 25 tirs à 1, 63% de possession de la balle contre 37%, 7 corners offensifs, 1 défensif. L'Italie de Roberto Mancini passait avant la rencontre pour la principale favorite du groupe A, qui comprend également la Suisse et le Pays de Galles, et elle a amplement confirmé son statut. Vladimir Petkovic et ses hommes, qui joueront mercredi à Rome, savent à quoi s'en tenir.