Le club anglais de Liverpool a humilié hier soir Real Madrid dénué de talent et de défense, pour se qualifier sans souci pour les quarts de finale de la Ligue des Champions, grâce notamment à ses stars Fernando Torres et Steven Gerrard (4-0, aller 1-0).

Sans plusieurs arrêts remarquables de Casillas, de loin le meilleur élément de son équipe, le Real serait reparti avec une véritable correction. Car Liverpool a maîtrisé son sujet avec une autorité jamais prise en défaut.

Au coup d’envoi, les craintes des supporters des Reds concernant Fernando Torres ne se confirmaient pas: l’attaquant espagnol, qui n’avait plus joué depuis le match aller durant lequel il s’était tordu la cheville, était titularisé seul en pointe dans l’habituel 4-2-3-1 mis en place par Rafael Benitez. En face, le Real était disposé en 4-4-2. Les Néerlandais Robben et Sneijder, disposés sur les côtés à mi-terrain, étaient chargés de l’animation offensive.

Madrilènes étouffés

Mais dès les premiers instants, les Reds prenaient un net ascendant, étouffant leurs adversaires en évoluant sur un rythme très élevé. D’emblée, Casillas était mis à contribution: le portier du Real réalisait deux interventions de grande classe à la 4e, d’abord face à Torres, puis sur une volée de Mascherano qu’il déviait sur la transversale.

La domination exercée par Liverpool se voyait concrétisée peu après le quart d’heure. Sur un long ballon, Pepe (légèrement bousculé par Torres) se faisait abuser et Kuyt pouvait servir le même Torres sur un plateau pour le 1-0.

Casillas était encore mis à contribution sur une tête de Skrtel (22e), puis sur une volée de Gerrard après un centre d’un Torres très en jambes (24e). Liverpool semblait capable à tout moment d’inscrire le numéro deux, tant son emprise sur la rencontre était grande.

Penalty sévère

Le break arrivait peu après, grâce à un penalty (sévère) transformé par Gerrard après une faute de main sifflée contre Heinze alors que l’Argentin semblait avoir touché le ballon de l’épaule. Pour sa part, le capitaine de Liverpool célébrait de belle manière sa 100e apparition en Coupe d’Europe avec le maillot rouge.

Durant le dernier quart d’heure, n’ayant rien à perdre, le Real sortait un peu la tête de l’eau. Par deux fois, Sneijder menaçait un Reina très attentif. Les hommes de Ramos se retrouvaient dans une situation quasi désespérée, devant marquer trois buts pour décrocher leur qualification. Une mission d’autant plus difficile que Liverpool ne perd que très rarement dans son antre d’Anfield Road.

Gerrard encore

Les dernières illusions madrilènes s’évanouissaient dès la reprise. Babel, qui a fait oublier l’absence de Riera (suspendu), débordait sur le flanc gauche et centrait parfaitement en retrait pour Gerrard qui ne se faisait pas prier pour signer le numéro trois qui pliait définitivement l’affaire. Sur contre, Dossena salait encore l’addition (88e) en inscrivant son premier but pour les Reds.

La malédiction continue donc pour le Real Madrid: le club qui détient le record de titres en Ligue des champions (9) échoue pour la 5e fois consécutive dès les 8es de finale. Les Madrilènes ont successivement été sortis par la Juventus, Arsenal, Bayern Munich, AS Rome et Liverpool.