Dimanche au Mercedes-Benz Stadium d’Atlanta (à partir de 0h30 lundi en Europe), après feux d’artifice et autres prouesses pyrotechniques, débutera le match que toute l’Amérique attend: le Super Bowl, la finale de la saison de football américain entre les Rams de Los Angeles et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, suivie en direct par plus de 110 millions de téléspectateurs. Mais dans la National Football League (NFL), c’est lorsque la lumière baisse que l’on voit le mieux les problèmes. Depuis une quinzaine d’années, les lésions au cerveau dues aux chocs inquiètent les scientifiques. Plus récemment, un autre fléau s’est attaqué aux anciens joueurs, sur un terrain inattendu pour des sportifs de haut niveau: l’obésité, et ses conséquences morbides.