Ils ont eu chaud. Dominateurs vendredi, encore solides leaders samedi, les hommes de Loïck Peyron, à bord d'Okalys, ont failli, dimanche, laisser filer la victoire promise dans le premier Grand Prix de la saison du championnat des multicoques lémaniques, D35. «Nous avons très mal commencé la dernière manche, raconte Peyron. J'ai pris le plus mauvais départ que je n'aie jamais fait. Avec Alinghi en tête et nous derniers, nous avions virtuellement perdu le Grand Prix. Mais grâce à une très belle remontée à la troisième place, nous avons remporté l'épreuve d'un point seulement devant Alinghi. C'était d'ailleurs la journée des Bertarelli, frère et sœur, puisque Ladycat a terminé deux fois deuxième.»

Les résultats de ce premier rendez-vous 2008 prouvent que la cohésion d'équipage est un atout déterminant sur ces véloces catamarans où la moindre petite erreur se paie très cher. A bord d'Okalys, Nicolas Grange, le propriétaire, met un point d'honneur à fidéliser son équipage avec l'apport précieux notamment de Loïck Peyron à la barre, mais aussi du jeune et talentueux Eric Monnin à la tactique. «C'est vraiment la victoire de notre homogénéité et de notre longévité, reconnaît Nicolas Grange. Alors que les autres équipes tournent pas mal, nous avons la même depuis quatre ans avec un seul transfert cette saison, celui de Damien Cardenoso. Mais il était sur Smarthome l'an dernier et connaît donc bien le bateau.»

A bord d'Alinghi aussi c'est l'expérience qui paie avec un équipage, emmené par Ernesto Bertarelli qui, à l'exception de Murray Jones à la tactique et Caroline Jonet à l'embraque, navigue ensemble depuis de longues années.

Ladycat en progression

L'équipage 100% féminin du Ladycat de Dona Bertarelli, barré par Karine Fauconnier, est en progression avec une belle cinquième place au classement final. Comme quoi, le recrutement d'Emmanuelle Rol, - sélectionnée pour les JO de Pékin en 470 -, pour palier de grosses lacunes en tactique sur les Grand Prix, a payé.

Les résultats serrés de ce Grand Prix Chopard augure une saison très disputée. «Ce n'est pas une surprise, note Loick Peyron. On savait que le championnat serait relevé. Et la triplette du podium d'aujourd'hui, avec Alain (Gautier) sur Foncia à la troisième place, donne une bonne idée de ce qui va se passer cette saison. C'est pour ça que je vais essayer de disputer le maximum d'épreuves même si mon programme est chargé. Je devrais être de retour pour le Bol d'Or.»

Loïck Peyron, en préparation du prochain Vendée Globe sur Gitana 80, prendra dimanche prochain le départ de «The Transat», en solitaire entre Plymouth et Boston.