Le LS remporte le sprint intermédiaire

Il y a trois semaines, le Lausanne-Sport restait sur une série de quatorze matches sans victoire et déprimait en queue du classement de Super League. Avec un agenda qui promettait de placer l'équipe de Fabio Celestini devant ses responsabilités: trois matches à jouer contre les trois autres formations objectivement menacées de relégation. Un véritable sprint intermédiaire à ne pas manquer, sous peine d'aborder la dernière partie de la saison décroché. Les Vaudois ont mis un premier coup de rein d'entrée (victoire 0-1 à Vaduz), puis maintenu la cadence (nul 0-0 contre Grasshopper) avant d'accélérer juste avant la ligne. Samedi, à Thoune, il y avait 2-2 à à dix minutes de la fin du match. Mais le LS - qui, si souvent cette saison, a craqué dans les derniers instants - a cette fois trouvé les ressources pour passer l'épaule grâce à deux buts de Nassim Ben Khalifa, auteur d'un triplé dans l'Oberland. Septième devant Thoune, GC et Vaduz, Lausanne remporte le sprint intermédiaire contre la relégation.

Lire aussi: Lausanne-Sport, parti loin pour se retrouver


Yvon Mvogo se donne des ailes

Il n'a que 22 ans mais, dans le championnat de Suisse de football, il pourrait passer pour un ancien. Et pour cause: le Fribourgeois Yvon Mvogo est titulaire devant la cage de Young Boys depuis décembre 2013. Il n'avait alors que 19 ans. La saison prochaine, le sympathique jeune homme donnera un coup d'accélérateur à sa carrière: il s'est engagé avec le RB Leipzig, actuellement deuxième de l'exigeante Bundesliga. Il deviendra le deuxième portier suisse du club est-allemand (Fabio Coltorti a joué un match cette saison) mais surtout le cinquième à briguer une place de titulaire en première division allemande. Il y a déjà le vétéran Diego Benaglio à Wolfsburg et les trois gardiens de l'équipe de Suisse (Yann Sommer à Mönchengladbach, Roman Bürki à Dortmund, Marwin Hitz à Augsbourg). A une époque où il paraît de plus en plus indispensable d'évoluer à l'étranger pour acquérir une carrure internationale, Yvon Mvogo se donne avec ce transfert les moyens de bousculer la hiérarchie instaurée par le sélectionneur Vladimir Petkovic.

A ce propos: Les gardiens «swiss made», un label de qualité


Le CP Berne en démonstration de force

La finale des play-off du championnat de Suisse de hockey commence comme prévu et, à ce rythme, elle sera bientôt terminée. Jeudi, l'acte I avait été une balade à sens unique pour le CP Berne, vainqueur 5-0 de l'EV Zoug. L'acte II, deux jours plus tard, aura été une démonstration de force différente mais tout aussi éloquente. Samedi, en Suisse centrale, les champions en titre n'ont gagné «que» 2-4, mais ils se sont surtout permis une certaine indiscipline (dix pénalités) et, malgré cela, leurs adversaires n'ont pas su les inquiéter véritablement. Raphael Diaz avait certes profité d'une période de supériorité numérique pour ouvrir la marque, mais les Ours bernois sont ensuite revenus tranquillement pour passer l'épaule dans le dernier tiers. Même le portier Tobias Stephan, pourtant garant d'une sécurité certaine pour l'EV Zoug, y a été de son erreur individuelle en propulsant la rondelle dans sa propre cage de la jambière pour le 2-3. L'acte III de la série est prévu mardi à Berne, le quatrième (et peut-être dernier) jeudi à Zoug.


En Formule 1, un duel entre Hamilton et Vettel

Cela faisait trois saisons que les Mercedes gagnaient tout ou presque. Les titres individuels et par équipes comme les courses, souvent en monopolisant les deux premières marches du podium. En 2017, la donne semble bien avoir changé. Dimanche, c'est bien Lewis Hamilton qui a remporté le Grand Prix de Chine, à Shanghai, mais son coéquipier Valtteri Bottas - parti en tête à queue alors que la voiture de sécurité était en piste - n'a terminé que sixième. A la deuxième place, c'est Sebastian Vettel qui a confirmé son bon début de saison. Il avait déjà remporté le Grand Prix d'Australie en ouverture de saison. Hamilton-Vettel, ce sera peut-être le véritable match de la saison de Formule 1. Un duel de luxe, entre un Britannique triple champion du monde (2008, 2014, 2015) et un Allemand qui porte une couronne de plus (2010, 2011, 2012, 2013), qui permettrait en outre de raviver la rivalité entre Mercedes et Ferrari. Les deux hommes partagent la tête du classement général avec 43 points.

A propos de Formule 1: Pourquoi la F1 bat désormais pavillon américain