Football

Lucien Favre n’ira pas au Borussia Dortmund

L’OGC Nice a clairement fermé la porte à un départ de son entraîneur suisse, vendredi. Même si le club allemand était prêt à payer cher, «le sportif prévaut sur le financier»

Début mai, Lucien Favre semblait tout près de s’engager au Borussia Dortmund malgré un contrat portant encore sur les deux prochaines saisons à l’OGC Nice. Ces derniers jours, le transfert de l’entraîneur vaudois, imminent, était subitement devenu très incertain, son employeur estimant que les dirigeants allemands avaient trop tardé à se manifester. Vendredi, le verdict est tombé, définitif, implacable, sous la forme d’un communiqué publié sur le site du club de la Côte d’Azur, qui «ne donnera pas suite aux sollicitations», annonce-t-il en titre.

La reprise des entraînements trop proche

«Il est logique qu’un entraîneur de son calibre, au sortir d’une telle saison à Nice, suscite la convoitise des plus grands clubs européens tels que le Borussia Dortmund, quart-de-finaliste de la dernière Ligue des champions. Il est tout aussi légitime que cette opportunité puisse éveiller l’intérêt de Lucien Favre», reconnaît l’OGC Nice. Mais la proximité de la reprise des entraînements a poussé le club à interrompre les négociations. L’équipe retrouvera le chemin du terrain dès le 19 juin pour préparer ses rencontres qualificatives pour la prochaine Ligue des champions. D’ici là, le mercato battra son plein. Les Aiglons devraient voir plusieurs de leurs cadres s’en aller. L’œil de leur entraîneur vaudois sera précieux pour mener à bien le recrutement.

Pas (encore) de grand club

Financièrement, l’OGC Nice aurait pu réaliser une belle opération avec le transfert de Lucien Favre. La presse allemande pensait savoir, ces derniers jours, que le Borussia Dortmund aurait accepté de mettre jusqu’à 10 millions d’euros sur la table pour s’assurer ses services. Cela aurait été un record en Bundesliga. Mais, précise le communiqué du club français, «l’intérêt sportif prévaut sur le volet financier».

A 59 ans, Lucien Favre manque là une opportunité d’entraîner un des tout meilleurs clubs du monde. Ses admirateurs regretteront qu’il n’ait pas (encore) l’occasion de faire ses preuves à la barre d’une équipe armée pour briller sur la scène européenne. Le principal intéressé aborde sans doute la situation avec sérénité. «En tant qu’entraîneur de football, les plans de carrière, cela n’existe pas», nous déclarait-il l’été dernier.

Publicité