Ils sont les oubliés de cette histoire. Depuis que le football professionnel suisse s’est vu offrir par le Conseil fédéral la possibilité de reprendre et terminer la saison (occasion qu’il saisit visiblement avec des pincettes: deux équipes seulement sur 20 ont annoncé la reprise des entraînements lundi 11 mai), on a beaucoup entendu les présidents de club, les dirigeants de l’Association suisse de football (ASF) et ceux de la Swiss Football League (SFL), les experts et même les supporters. Mais très peu les joueurs.