Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Stan Wawrinka séduit ses adversaires, l'ATP et de nouveaux sponsors.
© ANDY RAIN

Tennis

Malgré sa défaite lundi, Stan Wawrinka atteint le haut de l’affiche

Depuis son sacre à l’US Open et une troisième couronne à son palmarès, le Vaudois est entré dans un cercle restreint. Malgré sa défaite au Masters de Londres lundi, sa cote est encore montée. Que ce soit auprès de ses pairs, du public, des médias et des sponsors

Il a encore ses hauts et ses bas. Un paramètre quasi intrinsèque chez Stan Wawrinka. Et son entrée ratée lundi au Masters de Londres est venue le rappeler. Mais le classement ne ment pas. Numéro 3 mondial, le Vaudois est confortablement installé en haut de l’affiche. Sa quatrième participation consécutive aux finales de l’ATP World Tour (il dispute son deuxième match mercredi à 21h contre Marin Cilic) confirme son assise parmi les tout grands.

Lire aussi: Stan Wawrinka rate son entrée au Masters

«Ce que Stan a accompli est stupéfiant. Le voir gagner en Australie, à Paris et à New York est formidable pour le tennis, s’enthousiasme Chris Kermode, président de l’Association Tennis Professionnals (ATP). «Ces dix dernières années, notre sport a été dominé par Roger Federer et Rafael Nadal, puis Novak Djokovic et maintenant Andy Murray. Alors voir Stan venir s’ajouter à ce big four pour en faire un big five est fantastique pour notre circuit. Quand Stan joue, c’est spectaculaire. Mon fils, qui ne regarde pas beaucoup le tennis, était emballé de le voir jouer à l’US Open. Les joueurs l’apprécient et au sein de notre organisation, il est l’un des préférés car il fait beaucoup pour le circuit.»

Le respect ne date pas d’hier

Bien que drapé de cette éternelle et sincère humilité l’empêchant de se comparer au quatuor de cadors, «Stan The Man» est néanmoins obligé d’admettre un changement de statut. Ne serait-ce que dans le regard de ses pairs. «Plus on gagne, plus on gagne l’estime des autres», admet-il. «Cette année, ça a été un autre Grand Chelem, à New York, en finale contre le numéro 1 mondial. C’est clair que ça change la façon dont les autres me voient et me perçoivent en tant que joueur, du fait de tout ce que j’ai réalisé ces dernières années.»

Sur les tournois, les joueurs espèrent ne pas être dans la même partie de tableau que Stan

Pour les plus grands, le respect ne date pas d’hier. Novak Djokovic partage avec Stan Wawrinka les souvenirs de combats homériques, à commencer par ce fameux match déclic pour le Vaudois, cette bataille perdue 10-12 dans le cinquième set en huitièmes de finales de l’Open d’Australie 2013. Alors forcément, le Serbe lui rend hommage. «Pour moi, Stan a toujours été au plus haut niveau, surtout ces trois dernières années. Je le perçois comme un très grand joueur avec de formidables aptitudes, de la puissance dans son jeu. Et en plus, il a une belle personnalité. Stan aime ce sport passionnément, travaille dur et essaie toujours de repousser ses limites.»

Il a déjà un catalogue de sponsors engagés à ses côtés jusqu’à la fin de sa carrière

Même s’il ne partage pas la même complicité avec «Stanimal» que Djokovic, le nouveau numéro 1 mondial, est lui aussi élogieux quand on lui demande si le statut du Vaudois a changé. «Stan fait clairement partie des meilleurs, lance Andy Murray. Il est puissant, fort, talentueux et joue bien sur toutes les surfaces. Quand il est à son meilleur niveau, il est très difficile à battre.»

Un nouveau sponsor

Stan Wawrinka est non seulement admiré, mais aussi craint par ses adversaires. «Sur les tournois, les joueurs espèrent ne pas être dans la même partie de tableau que Stan. Ils savent qu’il répond présent pour les grandes occasions. Les statistiques le montrent», souligne Lawrence Frankopan, son agent.

C’est la règle du jeu. S’il gagne plus, il vaut plus. C’est une évidence

Mais il n’y a pas que dans les vestiaires que la nouvelle aura du Vaudois est palpable. Dans les rues de Londres, et plus particulièrement dans le périmètre de The O2, Stan Wawrinka est sur toutes les affiches. Beaucoup plus visible qu’un Dominic Thiem ou un Gaël Monfils. «On essaie de promouvoir tous les joueurs sur le tour mais quand l’un d’eux fait une percée significative comme l’a fait Stan, il y a une volonté de la part de l’ATP d’en faire plus encore, explique Chris Kermode. Mais Stan le fait très bien lui-même. Nous sommes juste là pour l’aider. Il figure sur toutes les affiches que nous avons à travers Londres en raison de ses résultats tout au long de l’année. Il s’est imposé comme un tout grand. Stan est une valeur sûre.»

Lire aussi: Stan Wawrinka triomphe à l’US Open

Une valeur sûre qui, sur un plan marketing et financier, a pris l’ascenseur. Depuis lundi, le Vaudois compte un nouveau partenaire, London Capital Group, leader dans le domaine du courtage au Royaume-Uni. Ce nouveau contrat porte à dix le nombre de ses sponsors majeurs. Les montants? Secrets d’Etat. «Nous ne révélons jamais les chiffres mais ce que je peux dire c’est que les sponsors paient considérablement plus qu’avant, révèle Lawrence Frankopan. C’est la règle du jeu. S’il gagne plus, il vaut plus. C’est une évidence.»

Caractère universel

Pour le patron de l’agence Starwingsports, c’est le caractère désormais universel de la notoriété de son protégé qui accroît sa valeur. Depuis peu, les sollicitations médiatiques arrivent aussi de pays comme la Grèce, le Brésil ou la Russie. «C’est génial qu’il ait gagné trois Grands Chelems car sur le circuit, à part les trois intouchables, Rafa, Roger et Novak, il n’y a que Murray qui en a trois. Mais plus encore que le nombre, ce qui compte, c’est le fait qu’il en ait gagné sur trois continents différents. Un facteur déterminant. Grâce à ça, il est devenu très populaire non seulement en Europe mais aussi aux Etats-Unis, en Australie et au Japon. Au lendemain de la finale de l’US Open, mon téléphone n’a pas arrêté de sonner. Des gens m’interrogeant sur les possibilités de contrats. Il a déjà un catalogue de sponsors engagés à ses côtés jusqu’à la fin de sa carrière. Mais nous sommes heureux de pouvoir renforcer ses partenariats et en accueillir de nouveaux.»

Pour lui, puissance, détermination, labeur, fiabilité et succès sont les valeurs de Wawrinka qui séduisent les sponsors. Même s’il a encore ses hauts et ses bas.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL