En recevant l'avant-dernier du classement, Coire, samedi soir à la patinoire des Mélèzes, le HC La Chaux-de-Fonds avait l'opportunité de soigner son moral en vue des play-out, le tour contre la relégation en ligue nationale B. Les Neuchâtelois, qui se sont inclinés 2-3 avant de subir une nouvelle défaite (8-6) dimanche à Rapperswil, n'ont pas rassuré leurs supporters.

Avec toutes les couleuvres qu'ils ont avalées depuis le début du championnat, ces derniers ont besoin de baume au cœur. De défaites en désillusions, ils ont appris à serrer les dents en attendant des jours meilleurs. L'espoir suscité par l'arrivée d'un nouvel attaquant étranger, Jeff Shevalier, a été à la hauteur de cette dépression chronique. A peine descendu de son avion, le Canadien était attendu comme le messie. «Mais restons prudent, rétorque ce dernier. Un joueur ne peut gagner un match à lui tout seul. C'est en équipe que nous nous en sortirons.»

La performance de sa nouvelle formation a sans doute rendu le transfuge des Phoenix Mustangs (West Coast League) encore plus modeste. Pour trouver ses marques dans un système de jeu, encore faut-il qu'il y en ait un. Apathiques, alignant les imprécisions, les hommes de Dan Hober ont livré samedi soir quarante premières minutes d'une rare indigence. Sans automatismes avec ses partenaires, manquant cruellement de repères sur une aire de jeu plus vaste qu'outre-Atlantique, et avec le décalage horaire dans les pattes, Jeff Shevalier s'est senti tout seul pour ses débuts européens. On lui laissera le bénéfice du doute. A ses coéquipiers, beaucoup moins. Malgré les coups d'éclats de Thibaut Monnet (deux buts) et le vague sursaut de l'ultime période, Nando Wieser, le portier grison revenu de Fribourg, a passé une agréable soirée.

Retenu à l'étranger pour ses affaires, le président Jean-Jacques Miserez n'a donc rien raté. Cette première absence de la saison aux Mélèzes est même une bonne chose. Elle lui permettra de conserver tout ou partie de l'optimisme affiché au téléphone avant la rencontre: «Je suis sûr que nous allons nous maintenir en Ligue nationale A. Tout le monde nous voit mal barrés, mais nous maîtrisons la situation.»

Renforts étrangers

Quelles sont objectivement les raisons d'espérer? D'abord, la perspective d'avoir enfin un trio de mercenaires à disposition. Le club a longtemps joué de malchance de ce côté, et le solide défenseur ukrainien Valeri Chiriaev s'est trouvé bien seul dernièrement. Incapable de s'acclimater, le Suédois Roger Öhmann est rentré au pays avant la trêve. De fausses pistes en désistements de dernière minute, les dirigeants neuchâtelois ont eu un mal fou à le remplacer. Aujourd'hui, ils sont en passe de trouver une solution. Après un temps d'adaptation, Jeff Shevalier devrait faire valoir ses qualités de finisseur (33 buts et 33 assists en 36 matches avec Phoenix cette saison). Stefan Nilsson, actuellement blessé, s'apprête en outre à reprendre la compétition. Lorsqu'il aura déniché le défenseur étranger qu'il cherche encore, le HC La Chaux-de Fonds sera mieux armé en vue des échéances qui l'attendent.

L'autre lueur d'espoir provient de la formule du championnat. S'ils ne parviennent pas à s'en sortir face aux formations de Ligue nationale A, les joueurs de Dan Hober ne seront pas condamnés pour autant. Une série décisive les opposera alors au vainqueur des play-off de ligue nationale B. «J'ai assisté à quelques matches à Bienne et à Porrentruy cette saison, explique Jean-Jacques Miserez. Ce que j'y ai vu ne m'inquiète pas.» Reste à savoir si une équipe sevrée de victoires peut l'emporter contre un groupe en phase ascendante, soudé par les succès.

Le président chaux-de-fonnier semble n'accorder aucune importance à ces considérations. Il prépare la saison prochaine en LNA. Le conseil d'administration du club se réunira le 8 février. Le budget, qui s'élève à environ 4,6 millions de francs cette année, sera revu à la hausse. On connaîtra le nom du successeur de Jean-Claude Wyssmüller, le manager, qui jette l'éponge après 15 ans de bons et loyaux services. Enfin, lumière sera faite sur l'avenir de Dan Hober, l'entraîneur suédois qui arrive en fin de contrat. «Dans les circonstances actuelles, nous sommes très satisfaits de son travail, affirme Jean-Jacques Miserez. Nous souhaitons le garder.»

Bref, tout semble se dérouler dans le calme du côté des Mélèzes. On se prendrait presque à oublier que le club va jouer sa survie lors des échéances qui se profilent…