L'Italien Paolo Bettini (27 ans, de l'équipe Mapei) a inscrit son nom au palmarès du Championnat de Zurich 2001 en battant au sprint, dans l'ordre, l'Allemand Jan Ullrich, l'Espagnol Fernando Escartin et l'Italien Francisco Casagrande. Les meilleurs Suisses ont été Niki Abersold (8e), Oscar Camenzind (11e) et Alexandre Moos (20e). Cinquième de cette manche, le Hollandais Erik Dekker a encore augmenté son avance au classement général de la Coupe du monde. Il compte désormais 105 points d'avance sur l'Allemand Erik Zabel, absent à Zurich.

Une chaleur étouffante, un plateau digne d'un championnat du monde: il n'en fallait pas plus pour que l'épreuve soit particulièrement sélective, ce d'autant que les routes vallonnées et sinueuses favorisaient un cyclisme de mouvement.

Dans l'avant-dernier tour, dix-neuf coureurs se sont retrouvés devant, dont tous ceux qui figuraient en tête des pronostics, les Ullrich, Casagrande, Dekker, Bettini, et Rebellin. Derrière Bettini, parti avec Hincapie et Morini, Ullrich fit exploser le groupe en attaquant en force en côte. Au sommet, le vide était fait. Seuls Bettini, Casagrande et Escartin purent suivre l'Allemand. Les quatre hommes collaborèrent sans arrière-pensée sur le final. Au sprint, Bettini s'imposait devant Ullrich. «Ma référence était Ullrich, il est l'homme fort du moment», expliquait le petit coureur de la Mapei, qui avait fêté sa première victoire chez les professionnels à Lausanne, lors du Tour de Romandie 1998. «J'ai donc calqué ma course sur l'Allemand. Lorsqu'il est parti, je l'ai immédiatement contré. Si je le laissais prendre de la vitesse, c'en était fini. Et aux 250 m, j'ai produit mon effort.» Dur, dur pour le leader de Telekom, qui doit se contenter d'une nouvelle deuxième place à Zurich, où Dufaux l'a précédé de peu l'an dernier.

LT/SI