Football

Manchester United déclasse le FC Bâle

Les hommes de Raphaël Wicky ont été battus 3-0 pour leurs débuts en Ligue des champions. Ils n'ont pas baissé les bras, mais l'actuel leader de Premier League est tout simplement d'un autre calibre

Quelle meilleure scène pour débuter son parcours en Ligue des champions qu'Old Trafford, le «Theatre of dreams»? Malheureusement, le rêve n'a pas duré très longtemps pour le FC Bâle, ce mardi soir. Les hommes de Raphaël Wicky se sont réveillés dès les premières minutes de jeu, trempés sous la pluie britannique et dépassés par l'actuel leader du championnat anglais.

La première demi-heure du match: une longue séquence de possession de balle de Manchester United. A l'approche de la mi-temps, les octuple champions de Suisse en titre ont connu leur meilleure période, sortant de leur prudent 5-4-1 pour afficher le plus téméraire 3-4-3 promis sur la feuille de match officielle. Luca Zuffi avait même l'ouverture du score au bout du soulier à la 34e minute, mais il croisait trop sa frappe et le contre-coup ne se faisait pas attendre. Le 1-0 mancunien tombait presque dans l'enchaînement.

Plus forts avec Fellaini

Paul Pogba aura bien malgré lui été à l'origine de ce premier but. Pour son premier match avec ManU dans la plus prestigieuse des compétitions européennes, le milieu de terrain français se blessait tout seul au quart d'heure de jeu et devait céder sa place au Belge Marouane Fellaini, de retour de blessure et plein d'envie. Il plaçait une tête décisive quelques instants plus tard. José Mourinho avait prévenu ces derniers jours que son équipe était «plus forte avec Marouane». Il n'aurait pu viser plus juste.

Le deuxième but tombait lui après la pause grâce à une autre tête d'un autre Belge, Romelu Lukaku. Acheté à Everton durant le mercato pour près de 100 millions de francs, l'attaquant est un monstre de puissance. Avec lui, les expressions «prendre de la place» et «servir de point d'ancrage» gagne tout leur sens. A l'approche du coup de sifflet final, le jeune Marcus Rashford (19 ans) corsait l'addition.

Un écarte important

Il faut l'écrire: le FC Bâle n'a jamais baissé les bras. Les Rhénans n'ont pas ménagé leurs efforts. Le Vaudois Dimitri Oberlin, entré en deuxième période, s'est démené pour sauver l'honneur. Mais la partie disputée sur la pelouse d'Old Trafford a parfaitement illustré l'écart qui sépare les très grands clubs européens et celui du football suisse, fût-il représenté par la formation qui l'écrase depuis bientôt une décennie. C'est d'autant moins une surprise que cette année, les Bâlois se cherchent encore. Ils sont à la peine même en championnat de Suisse, où ils viennent de concéder une défaite contre le Lausanne-Sport.

Davantage que face à Manchester United, les hommes de Raphaël Wicky joueront leur survie au-delà de la phase des groupes de la Ligue des champions ces prochaines semaines, contre le CSKA Moscou et le Benfica Lisbonne. Lors du premier match, les Russes se sont imposés 1-2 au Portugal, où le Suisse Haris Seferovic avait ouvert la marque pour les locaux.

Publicité