Le 2e tour des Internationaux d'Australie, à Melbourne, a rendu un verdict mitigé pour les Suisses. Si Martina Hingis (6-1, 6-0 face à la Belge Els Callens) et Roger Federer (6-1, 6-4, 6-4, devant le Français Nicolas Escudé) se sont aisément qualifiés pour le tour suivant, Marc Rosset a lui été éliminé en trois manches par l'Espagnol Carlos Moya (6-1, 6-2, 6-3).

Marc Rosset a été loin de confirmer sa bonne condition en ce début d'année. Il ne fut qu'une ombre sur le court devant Carlos Moya. Lâché par son service – 12 double-fautes pour seulement 49% de réussite en première balle –, il fut incapable de poser le moindre problème à l'échange à un Moya en passe, il est vrai, de retrouver son meilleur niveau. «Pas de jus, les batteries à plat», lâchait Rosset. Il explique l'ampleur de cette défaite par une trop grande saturation. «J'ai commis l'erreur d'enchaîner avec cinq semaines d'entraînement physique après Bercy. Aujourd'hui, je n'ai pas envie de jouer tous les jours au tennis», expliquait-il.

Pour Martina Hingis, par contre, ce début de tournoi s'apparente à une promenade de santé. La balade pourrait se poursuivre, puisque après l'élimination de l'Américaine Amy Frazier (No 16), Martina ne rencontrera pas une joueuse classée tête de série avant les quarts de finale. Si elle bat Virginie Razzano en 16es de finale, elle sera opposée à la gagnante de la rencontre entre l'Australienne Dominikovic (WTA 129), qui a éliminé Patty Schnyder au premier tour, et l'Italienne Rita Grande.

Elimination de Kuerten

Même si la blessure de Clément peut fausser tout jugement, la performance de Federer dans ce deuxième tour, disputé sur le nouveau court de Melbourne Park, fut convaincante. Le Bâlois a pu s'appuyer tout au long du match sur un service très efficace (62% de réussite en première balle et 12 aces). «L'important était de gagner sans trop laisser de forces. J'y suis parvenu en restant moins de deux heures sur le court. C'est parfait», expliquait-il.

Le Britannique Greg Rusedski (ATP 65) a créé la première sensation du tournoi. Le finaliste de l'US Open 1997 a en effet sorti au 2e tour le Brésilien Gustavo Kuerten, no 1 mondial et tête de série no 1. Rusedski s'est imposé sur le score de 4-6, 6-4, 6-3, 2-6, 9-7, non sans avoir dû écarter une balle de match, à 5-6 dans la dernière manche. Eliminé d'entrée l'an dernier à Melbourne, Kuerten avait été sorti au 2e tour lors des trois éditions précédentes.

Entraîné depuis peu par Pat Cash, vainqueur de Wimbledon en 1987, Rusedski a cueilli là son plus beau succès depuis belle lurette, après une année 2000 gâchée par les blessures, année au cours de laquelle il n'avait pas remporté de tournoi pour la première fois depuis 1994. LT/SI