Euro

Marco Reus, prodige maudit du foot allemand

L’ailier du Borussia Dortmund, blessé aux adducteurs, ne figure pas dans la liste des 23 joueurs de la Mannschaft. Il avait déjà manqué le Mondial 2014

Le conte de fée se poursuit pour Marcus Rashford. Quatre mois après ses débuts avec Manchester United et quatre jours après sa première sélection en équipe nationale, le jeune attaquant anglais a été retenu par Roy Hodgson pour l’Euro en France. Même si elle fait ses malheureux (les recalés de dernière minute Danny Drinkwater et Andros Townsend), voilà pour la feel good story de la journée de mardi; tout le monde aime assister à l’éclosion précoce de petits prodiges.

Marco Reus était aussi de cette catégorie il y a quelques années, quand il se révélait au Borussia Mönchengladbach. Pour lui, l’ambiance aurait aussi dû être à la fête (d’anniversaire, pour ses 27 ans) mardi, mais pas sûr qu’il ait eu le cœur de souffler ses bougies. Alors que le sélectionneur allemand Joachim Löw a maintenu Bastian Schweinsteiger et Mats Hummels – incertains en raison de blessures – dans sa liste de 23 joueurs pour l’Euro, il en a écarté l’ailier blond, qui souffre d’une sévère pubalgie. «Il ne peut courir que tout droit», a regretté le sélectionneur.

Déjà absent au Brésil

C’est un coup dur pour l’Allemagne, qui devra composer sans l’un de ses meilleurs atouts offensifs, mais surtout pour le principal intéressé, talent maudit de la Mannschaft. En 2014, il avait dû renoncer au Mondial brésilien quelques jours avant le début de la compétition, touché à une cheville lors d’un match de préparation contre l’Arménie. «Je ne sais vraiment pas comment exprimer en mots ce que je ressens. Mon rêve a éclaté en une seconde», réagissait-il. «Marco devait avoir un rôle très important pour nous au Brésil», déplorait de son côté Joachim Löw. Un mois plus tard, le sélectionneur se consolait en remportant le tournoi. Marco Reus, lui, n’était pas champion du monde.

Il a tout de même déjà joué un grand tournoi: il était du voyage en Pologne et en Ukraine pour l’Euro 2012, mais pas dans le rôle de titulaire qu’il aurait eu au Brésil en 2014 ou en France cette année, et surtout l’Allemagne n’atteint que les demi-finales de la compétition. En club, Marco Reus n’est guère plus verni. Quand il revient au Borussia Dortmund à l’été 2012, son club formateur reste sur deux titres de champion d’Allemagne, mais ne terminera que deuxième en Bundesliga, derrière le Bayern Munich, qui le privera aussi de la Ligue des champions (2-1 en finale).

Régulièrement courtisé par les plus grands clubs tout au long de sa carrière, il doit se satisfaire d’une Supercoupe d’Allemagne et de deux titres de meilleur joueur de Bundesliga (2012 et 2014) à son palmarès. C’est peu, pour l’un des plus grands talents récents d’une des plus grandes nations du football.

Publicité