A Iten, 2400 m d’altitude, Julien Lyon est tombé de très haut. Le marathonien genevois vit ici, dans ce village surnommé «home of champions» posé sur le haut plateau d’Afrique de l’Est, depuis cinq ans. Il est tombé amoureux du Kenya, d’une Kényane, d’un style de vie dépouillé et rudimentaire entièrement dédié à la course à pied. L’an dernier, il a monté un groupe, les Milimani Runners («montagne» en swahili), avec pour projet d’étendre aux trails et aux courses de montagne la domination des coureurs africains sur piste et route.