Les Championnats du monde de cyclisme auraient dû être une fête en Suisse, mais les organisateurs d’Aigle et de Martigny ont renoncé, estimant les mesures de lutte contre la pandémie peu compatibles avec l’idée qu’ils se faisaient de l’événement. Cela n’empêchera pas les Championnats du monde de cyclisme, relocalisés à Imola (Italie), d’être une fête… pour la Suisse. Les chances de médailles sont nombreuses, et Marlen Reusser ne s’est pas privée de saisir la sienne ce jeudi.

La Bernoise de 29 ans a terminé deuxième du contre-la-montre. Elle n’a été devancée que par la Néerlandaise Anna van der Breggen, plus rapide de 16 secondes seulement sur un parcours de 32 kilomètres. La championne du monde en titre américaine Chloé Dygert était bien partie pour faire encore mieux, mais elle a été victime d’une terrible chute.

Marlen Reusser offre à la Suisse sa première médaille mondiale de la spécialité depuis 2006 (l’argent pour Karin Thürig), et c’est en ce qui la concerne son deuxième résultat significatif sur la scène internationale, après sa victoire lors des Jeux européens en 2019.

En attendant Küng et Hirschi?

La jeune femme est une brillante touche-à-tout à la trajectoire sportive atypique: elle a dû renoncer à sa première discipline, l’athlétisme, suite à une opération à la cheville et ne pratiquait le cyclisme qu’à titre amateur en marge de ses études de médecine et de son engagement politique avec les Jeunes Verts de son canton. Elle a ensuite décroché un emploi à temps partiel qui lui permettait de consacrer davantage d’énergie au vélo, puis, avec la perspective des Jeux olympiques de Tokyo en 2020, elle a mis entre parenthèses sa carrière médicale pour se concentrer sur ses performances. Cela a payé – même s’il faudra attendre pour voir le Japon.

Swiss Cycling a des raisons d’espérer que sa délégation n’en reste pas là. Ce vendredi lors du contre-la-montre, Stefan Küng compte parmi les candidats au podium. Champion d’Europe de la spécialité, médaillé de bronze lors des derniers Mondiaux, le Thurgovien de 26 ans a interrompu son Tour de France à quatre étapes de l’arrivée, histoire de bien recharger ses batteries avant de rejoindre Imola.

Lire aussi: Stefan Küng, le romantisme à la française

Et puis dimanche, lors de la course en ligne, tous les regards se tourneront vers Marc Hirschi, qui vient d’être désigné coureur le plus combatif de la Grande Boucle après avoir attaqué dans tous les sens sur les routes de l’Hexagone (une victoire d’étape). A 22 ans, le petit prodige bernois n’en est déjà plus à une surprise près. Alors s’il faut prolonger la fête…