Sérieusement malmené tout au long de la saison par Adam Malysz, Martin Schmitt a retrouvé tout son brio au jour J pour conserver son titre de champion du monde au grand tremplin. A Lahti, le jeune sauteur allemand (23 ans) s'est en effet imposé devant son grand rival polonais (23 ans également) au terme d'un duel d'une tenue remarquable. Au décompte des deux manches, 2,8 points seulement ont séparé les deux vedettes actuelles du saut à skis. Des trois Suisses en lice, seuls Sylvain Freiholz et Andreas Küttel ont eu la satisfaction de disputer la finale. Le premier a pris la 22e place, le deuxième la 29e.

Grand triomphateur de la Tournée des quatre tremplins et gagnant de huit concours de Coupe du monde cet hiver, Adam Malysz avait pourtant donné le ton d'entrée dans ce concours. Dans la première manche, le sauteur de Katowice réussissait en effet la meilleure longueur, en atterrissant à 126 mètres. Mais, contrairement à ce qu'il fait si bien d'habitude, il n'avait pas cette fois «assommé» la concurrence. Tout allait donc se jouer en finale. Antépénultième à s'élancer, Martin Schmitt plaçait la barre très haut en atterrissant à 131 mètres, nouveau record du tremplin de Lahti. Trop haut pour Ahonen et Malysz qui, derrière lui, ne suivirent pas.

LT