Martina Hingis n'a pas raté son entrée à l'Open Gaz de France de Paris hier en remportant assez facilement (6-1, 6-1) son premier match contre la jeune Yougoslave Sandra Nacuk, 123e au classement WTA. La Suissesse n'aura passé que 41 minutes sur le court confirmant ainsi son début de saison tonitruant. «C'est vrai que je suis sur un nuage actuellement», confirmait-elle à sa sortie du terrain.

Vainqueur du premier Grand Chelem de l'année en Australie et de retour à la première place du classement mondial après sa victoire au tournoi de Tokyo le 7 février dernier, Martina Hingis n'a pas eu à forcer son talent pour surclasser son adversaire, visiblement impressionnée par l'enjeu. «J'en ai profité pour faire quelques réglages pour la suite du tournoi, expliquait la numéro un mondiale. Dans l'ensemble, je suis assez satisfaite de mon jeu, et notamment de ma première balle de service. Quel changement par rapport à l'an passé!» Une année 98 sur laquelle elle a d'ailleurs déjà tiré un trait. «J'ai commis énormément d'erreurs, reconnaissait-elle. Je me suis compliquée la vie en dehors des courts en voulant faire plaisir à tous mes sponsors. Et puis, j'étais peut-être aussi un peu trop confiante dans mes possibilités. Ce qui s'est passé m'a servi de leçon. Grâce à ça, je suis peut-être encore plus forte aujourd'hui.»

Ses futures adversaires sont prévenues. A commencer par la Française Amélie Mauresmo, qu'elle pourrait retrouver en quart de finale vendredi pour un match-revanche. Interrogée à nouveau sur les propos qu'elle avait tenus à Melbourne à l'encontre de la Française, Martina Hingis a apporté une ultime mise au point. «J'ai fait une mauvaise plaisanterie qui a, malheureusement, provoqué les gros titres des journaux le lendemain, explique-t-elle. Amélie Mauresmo est une très bonne joueuse de tennis. Sa vie privée ne regarde qu'elle. Je pense qu'il n'y a, en dehors du court, aucune animosité entre nous.»

Victorieuse hier de sa compatriote Laurence Andretto, la Française affiche la même forme qu'en Australie. Mais pour avoir le droit d'affronter Hingis, elle devra tout d'abord se débarrasser de la Slovaque Karina Habsudova, 59e mondiale, qu'elle affrontera aujourd'hui au deuxième tour. Autre joueuse en forme du moment, l'Américaine Serena Williams. Hier, la cadette des sœurs Williams a donné une véritable démonstration face à la tête de série numéro 2 du tournoi, la Française Nathalie Tauziat. Moins excentrique et moins en vue que sa grande sœur Venus, Serena n'en est pas moins efficace. Son jeu tout en puissance a déstabilisé la finaliste du dernier tournoi de Wimbledon et d'aucuns de faire d'elle la grande favorite du tournoi. Hingis l'entendra-t-elle de cette oreille?