Le football sud-américain pensait avoir tout vu, mais le match Brésil-Argentine dimanche à Sao Paulo, qualificatif pour la Coupe du monde, a été arrêté après six minutes de jeu quand des représentants de l'agence sanitaire Anvisa et de la police fédérale sont entrés sur le terrain pour mettre fin à la rencontre, dans la confusion la plus totale. Selon les autorités brésiliennes, quatre joueurs argentins évoluant en Angleterre avaient violé les protocoles anticovid.

Selon l'agence sanitaire, Giovanni Lo Celso (Tottenham), Emiliano Martinez (Aston Villa), Emiliano Buendia (Aston Villa) et Cristian Romero (Tottenham) auraient omis de signaler qu'ils avaient séjourné au Royaume-Uni lors des quatorze derniers jours précédant leur arrivée. Une ordonnance ministérielle datant du 23 juin interdit l'entrée sur le territoire brésilien à toute personne étrangère venue du Royaume-Uni, d'Inde ou d'Afrique du Sud, pour éviter la propagation de variants du Covid-19.