L'Essentiel

  • Au programme de ce vendredi:
    Ghana - Uruguay 16h
    Corée du Sud - Portugal
    Serbie - Suisse 20h
    Cameroun - Brésil 20h
  • Verdict pour l'équipe de Suisse ce soir, dans un match aux allures de «16e de finale» face à la Serbie.
  • Réveil difficile en Allemagne, au lendemain de l'élimination de la Mannschaft dès la phase de groupes, la deuxième d'affilée.
Publicité

Le deuxième but japonais: crucial mais litigieux

Le ballon était-il sorti ou pas? L’Allemagne a été éliminée par un but douteux, celui de la victoire du Japon face à l’Espagne (2-1). Si le Japon avait fait match nul, l’Allemagne aurait été qualifiée et ce sont les Nippons qui auraient dû plier bagage. À la 51e minute, le Japonais Kaoru Mitoma s’est jeté pour centrer sur Ao Tanaka, qui a marqué. Or, les images et les ralentis de la télévision ne permettent pas d’affirmer que le ballon n’avait pas franchi entièrement les limites du terrain au moment de la dernière passe. L’arbitre sud-africain Victor Gomes a en tout cas accordé le but après visionnage de la VAR. Le sélectionneur japonais Hajime Moriyasu a affirmé sa confiance dans «une excellente technologie».

Selon une explication avancée par un journaliste de la BBC, la perception de l’action litigieuse n’est pas la même si l’on regarde le ballon verticalement au-dessus de lui. On pourrait alors juger que le ballon n’a pas entièrement franchi les limites du terrain, même s’il n’est en contact avec le sol qu’à l’extérieur de la ligne. Les règles officielles précisent que le ballon est considéré comme hors du jeu quand «il a entièrement franchi la ligne de but ou la ligne de touche, à terre ou en l’air».

Publicité

Un séisme pour le football allemand

L’Allemagne, géant déchu du football, a quitté le Mondial-2022 par la petite porte, malgré sa victoire 4-2 contre le Costa Rica. L’adage fameux de Gary Lineker, «le football se joue à 11 contre 11, et à la fin, c’est l’Allemagne qui gagne», appartient désormais définitivement au passé. Et la Mannschaft, qui n’est plus que l’ombre de ses devancières, a beaucoup de souci à se faire à deux ans de son Euro à domicile.

Cette élimination est, pour les quadruples champions du monde, un séisme d’une magnitude gigantesque. Depuis son retour sur la scène internationale en 1954, l’Allemagne avait été la nation la plus régulière en coupe du monde, plus encore que le Brésil: en seize tournois jusqu’en 2014, la Mannschaft a collectionné quatre titres, autant de finales perdues, et encore quatre demi-finales et quatre quarts de finale. Puis la chute. En 2018 en Russie, avec la première élimination au premier tour d’un Mondial d’après-guerre.

Auf Wiedersehen: l’Allemagne éliminée, le Japon passe en s’offrant l’Espagne

Le Japon est l’équipe révélation de la phase de groupes de la Coupe du monde. Après avoir battu l’Allemagne dans leur premier match, les Nippons se sont offert le scalp de l’Espagne jeudi (2-1), alors que c’est la Roja qui avait ouvert le score. Résultat: les Japonais terminent en tête du groupe, devant l’Espagne et l’Allemagne, ainsi éliminée comme en 2018 dès le premier tour.

La Mannschaft s’est imposée 4-2 contre le Costa Rica, mais c’était de loin insuffisant pour dépasser une Espagne qui s’était mise au chaud en s’imposant d’entrée contre les Costariciens 7-0 (+6 contre +1 à la différence de buts entre les deux sélections).

Le Japon affrontera la Croatie en 8es de finale et l’Espagne jouera contre le Maroc.

Un dénouement que peu auraient imaginé au tirage au sort, quand le duel entre l’Espagne et l’Allemagne était présent comme le sommet des phases de poules. Un instant, alors que le Costa Rica avait brièvement pris l’avantage sur l’Allemagne sur un but contre son camp de Manuel Neuer (2-1), l'inimaginable a même semblé pouvoir advenir. Durant trois minutes, jusqu’à l’égalisation de Havertz (73), Espagne et Allemagne étaient virtuellement éliminées.

Les Allemands se sont finalement imposés, mais ce fut une victoire pour l’honneur. Ils savaient qu’ils n’avaient plus leur destin entre les mains pour prix de leur défaite inaugurale contre le Japon (2-1). Et de fait, le Japon a récidivé son exploit en prenant le meilleur sur l’Espagne.

Face à l’Espagne le Japon mène, et le Costa Rica bouscule l’Allemagne

Pendant quelques secondes l’Espagne et l’Allemagne ont été virtuellement éliminées du Mondial. A la mi-temps pourtant, les deux sélections menaient 1-0 face à leurs adversaires respectifs. Mais en deuxième période l’équipe japonaise marque deux buts en cinq minutes, prenant l’avantage face à l’Espagne et se qualifiant virtuellement aux dépens de la Mannschaft.

Dans l’autre rencontre, le Costa Rica marque un premier but à la 58e, et réitère douze minutes plus tard, éliminant à son tour virtuellement l’Espagne. Mais l’Allemagne a égalisé trois minutes plus tard, sauvant la Roja.

Place au groupe E, avec une Espagne qui doit rester concentrée et une Allemagne qui tremble

Tout le monde est en danger dans le groupe E, dominé par l’Espagne (4 points), devant le Japon et le Costa Rica (3 points) ainsi que l’Allemagne (1 point). La Mannschaft, déjà éliminée lors de la phase de groupes en 2018, doit gagner contre le Costa Rica. Ce qui lui suffira sauf si l’Espagne (à la différence de buts très positive) perd contre le Japon.

Il est même théoriquement possible de voir l’Allemagne et l’Espagne prendre la porte, si Japonais et Costariciens s’imposent tous deux. Vous avez dit suspense?

La Croatie et le Maroc passent, la Belgique sort prématurément

Vainqueur 2-1 du Canada jeudi, le Maroc a décroché sans trembler son ticket pour les 8es de finale du Mondial au Qatar. La 2e place qualificative dans le groupe F revient à la Croatie, qui a renvoyé la Belgique à la maison en faisant match nul 0-0 face aux Diables rouges.

Vieillissante, la génération dorée du football belge a probablement laissé filer sa dernière opportunité de conquérir un grand titre. Parfois malmenée par la Croatie, elle n'est pourtant pas passée loin de la victoire – et donc de la qualification, comme lorsqu'un tir de Romelu Lukaku a heurté le poteau à la 60e.

Mais la troupe de Roberto Martinez – qui n'a introduit son capitaine Eden Hazard qu'à la 87e minute – n'est pas parvenue à trouver la faille. Elle a aussi manqué d'efficacité et de lucidité, à l'image du même Lukaku qui s'est pourtant retrouvé seul à trois mètres du but croate à la 90e minute...

Finaliste malheureuse de l'édition 2018, la Croatie passe ainsi pour la troisième fois de son histoire la phase de poules d'un Mondial. Luka Modric et ses partenaires n'ont il est vrai rien volé jeudi soir. Dominés en début de partie, les hommes du coach Zlatko Dalic auraient pu «tuer» le match sans la classe de Thibaut Courtois.

En position de force avant cette journée, le Maroc a maîtrisé son sujet face à une équipe de Canada déjà éliminée. Les Lions de l'Atlas ont assuré le coup dans la première demi-heure de jeu grâce à des buts de Hakim Ziyech, qui a profité d'une bourde du portier canadien Milan Borjan dès la 4e, et de Youssef En-Nesyri (23e, 2-0).

La troupe de Walid Regragui permet ainsi au Maroc de se hisser pour la deuxième fois de son histoire en 8es de finale d'une Coupe du monde. Battus 1-0 par la RFA en 1986 pour leur seule précédente apparition à ce stade de la compétition, les Marocains pourraient retrouver l'Allemagne mardi pour une place en quarts de finale.

Clap de fin pour la Belgique ou la Croatie?

Il y a presque toutes les chances pour que, vers 18h, le Mondial perde soit la Croatie, soit la Belgique. Les vice-champions du monde en titre (1ers avec 4 points) et ceux qui sont considérés comme parmi les favoris du tournoi (3es avec 3 points) croiseront le fer à 16h tandis que le Maroc (2e avec 4 points) aura une belle carte à jouer face au Canada (déjà éliminé).

En fait, les Lions de l’Atlas ne seraient éliminés que dans deux cas de figure: il faudrait qu’ils s’inclinent par au moins 4 buts d’écart contre les Canadiens et que la rencontre Croatie – Belgique se solde par un nul; ou alors qu’ils perdent contre les Canadiens et que les Croates perdent aussi contre les Belges, mais sur un score plus important.

Xhaka et l'aigle bicéphale: histoire, avec son auteur, de la photo qui a fait le tour du monde

Le souvenir du précédent Suisse-Serbie est vivace, tout comme celui des polémiques qui ont suivi. Les photos de Xhaka et Shaqiri dessinant l’aigle albanais ont fait le tour du monde. Leur auteur, Laurent Gilliéron, raconte pour «Le Temps» la journée qu'il a passée, puis le match et la suite. Il pose du reste un regard étonnant sur le fameux cliché, désigné photo suisse de l'année dans la catégorie «Sport».

Lire l'article: Il a immortalisé l’aigle bicéphale lors du Suisse-Serbie du Mondial 2018

Avant Suisse-Serbie: «On ne pense plus au passé», assure Aleksandar Mitrovic

Par

Lors de la conférence de presse précédant son match contre la Suisse, l’équipe de Serbie s’est strictement tenue à sa volonté de ne parler que de football. Le match de 2018 et la célébration des «aigles albanais»? «C’était un autre match, dans une autre atmosphère, notre équipe a changé pour un tiers de ses joueurs et on ne pense plus au passé», a assuré l’attaquant Aleksandar Mitrovic, qui avait ouvert la marque à Kaliningrad, avant les deux buts de Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri.

Cette année, la Serbie veut s’imposer pour filer en huitièmes de finale, et pour ce faire, «nous n’aurons d’autre choix que d’attaquer», a souligné le sélectionneur Dragan Stojkovic. Ce qui correspond d’ailleurs à la philosophie qu’il entend mettre en œuvre dans l’absolu. «Cela n’a pas été possible contre le Brésil, qui nous a dominés, un peu plus contre le Cameroun même si nous n’avons pas gagné [3-3]. Là, nous allons avoir une intention offensive, sans négliger la défense. Nous savons qu’il faudra être patients contre une très solide équipe de Suisse.»

Quid de l’avantage que celle-ci possède avant le match décisif? «La Suisse peut gagner ou faire match nul, elle a deux options, nous n’en avons qu’une seule, pose Dragan Stojkovic. Ce n’est peut-être pas plus mal. La Serbie a l’habitude d'emprunter le chemin le plus compliqué pour arriver à sa destination…»

Fin de Coupe du monde pour Nuno Mendes

Le latéral gauche du Portugal Nuno Mendes, sorti blessé contre l'Uruguay (2-0) mardi, est forfait pour le reste du Mondial 2022, a-t-on appris jeudi de source proche de la sélection portugaise. «Il y a peu de chances que le joueur revienne sur les pelouses avant fin janvier», a indiqué cette même source à propos du joueur du PSG.

Yann Sommer et Nico Elvedi souffrent d'un refroidissement à la veille de Suisse-Serbie

Par

Yann Sommet et Nico Elvedi ont un point commun avec l'envoyé spécial du «Temps» au Qatar: ils souffrent d'un refroidissement. C'est plus ennuyeux pour eux que pour votre serviteur, à la veille d'un match décisif pour la qualification en huitièmes de finale contre la Serbie, vendredi à 20 heures. Le gardien et le défenseur central ne s'entraîneront pas ce jeudi, et espèrent être en pleine forme d'ici demain…

Evidemment, il y a un certain paradoxe à attraper un rhume ou une bonne vieille crève dans un pays où la température ne baisse pas en-dessous des 23°C au plus frais de la nuit… C'est sans compter sur la climatisation qui rafraîchit tous les espaces intérieurs plus que de raison. Dans la salle de presse du stade Education City, où j'ai vu hier la Tunisie battre la France (1-0), elle était par exemple réglée sur 17°C.

Depuis le début du tournoi, on voit le staff de l'équipe de Suisse faire très attention à la problématique. Dans la salle qui accueille les rencontres entre les joueurs et les journalistes helvétiques, un attaché de presse vient systématiquement couper le climatiseur quelques minutes avant l'arrivée du moindre footballeur. Mais la vigilance ne peut évidemment pas être absolue.

But annulé à la dernière minute: la France prépare une réclamation officielle

La confusion sur un but français annulé par la VAR après la fin du match contre la Tunisie (1-0), a conduit l’équipe de France à préparer une réclamation officielle à l’attention de la FIFA, a-t-elle annoncé. Les Français ont cru égaliser sur un ultime centre repris victorieusement par Antoine Griezmann à la 98e minute. Alors que les joueurs et l’arbitre s’étaient tous replacés, que le jeu avait repris, puis que l’arbitre, le Néo-Zélandais Matthew Conger, avait sifflé la fin du match, l’assistance vidéo à l’arbitrage a bouleversé la fin de rencontre et après visionnage, conduit l’arbitre à signaler une position de hors-jeu. Le jeu a repris quelques secondes, avant un nouveau coup de sifflet final sur le score de 1-0.

«Nous rédigeons une réclamation à la suite du but d’Antoine Griezmann, refusé à tort, de notre point de vue», a précisé la FFF. «Cette réclamation doit être envoyée à la FIFA dans les 24 heures suivant la fin du match.». «Les arbitres font des choix, il faut accepter. On a été assez gentil parce qu’on était déjà qualifié, on ne s’est pas trop énervé. Mais je n’ai pas du tout compris», a de son côté affirmé Antoine Griezmann.