Descente, super-G, slalom… Maîtrisez-vous l’histoire, les particularités et les spécialités des différentes disciplines du ski alpin? Petite révision en six leçons à l’occasion des Championnats du monde de Cortina d'Ampezzo (Italie).

Lire aussi les précédents épisodes:

De toutes les disciplines du ski alpin, le slalom est la plus belle. A ce qu’il paraît. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le double champion du monde juniors Reto Schmidiger. «Pour être performant, il faut régler le moindre détail pendant les entraînements puis, quand on se retrouve dans le portillon de départ, être capable de débrancher son cerveau et de laisser le corps travailler. C’est alors une sensation incroyable de voir les automatismes à l’œuvre…»

Si vous lisez cette chronique depuis son premier épisode, vous l’avez compris: chaque skieur défend son propre couloir. Les descendeurs font l’éloge de la descente, les géantistes du géant, und so weiter. Mais pour défendre le slalom, il n’y a pas que les slalomeurs: il y a aussi les mamans. Qui sont beaucoup plus tranquilles quand leurs enfants font des virages plutôt que d’aller tout droit sur la neige. C’est vrai pour la maman de Noé, 5 ans, comme pour celles des athlètes de haut niveau.