au fil du sport

Le meilleur, c’est Lucien Favre

Petites phrases, grandes victoires et anecdotes en tout genre: ce lundi 19 décembre comme chaque jour de la semaine, «Le Temps» pioche dans l’actualité sportive afin d’en extraire quelques pépites

■ Lucien Favre désigné meilleur coach de Bundesliga

Les honneurs fleurissent pour Lucien Favre à la veille de Noël. Le Vaudois a, en effet, été désigné entraîneur de l’année en Allemagne. A la tête du Borussia Mönchengladbach depuis le mois de février, Lucien Favre a été distingué par l’agence de presse SID comme le meilleur entraîneur du premier tour. Victorieux 1-0 dimanche de Mayence, le Borussia occupe la quatrième place de la Bundesliga derrière le Bayern Munich, le Borussia Dortmund et Schalke 04. Jamais depuis 35 ans, le Borussia Mönchengladbach n’avait été aussi bien classé à mi-saison.

La chaîne de télévision Sport 1 a, quant à elle, désigné Lucien Favre comme l’entraîneur de l’année 2011. Il devance deux véritables icônes en Allemagne, le sélectionneur national Joachim Löw et Jürgen Klopp, Champion de la Bundesliga le printemps dernier à la tête du Borussia Dortmund. On rappellera que le Borussia Mönchengladbach se trouvait dans une situation pratiquement désespérée au mois de février au moment de faire appel à l’ancien international suisse.

■ Nouvelle procédure contre Neuchâtel Xamax

L’administration de la Swiss Football League (SFL) a déposé une nouvelle dénonciation contre Neuchâtel Xamax FC auprès de la Commission de discipline (CD) de la SFL, annonce-t-elle dans un communiqué. Malgré un délai supplémentaire de 5 jours, les dirigeants de Neuchâtel Xamax n’ont pas fourni à la SFL, selon le règlement des licences, un document officiel attestant du versement des salaires pour le mois d’octobre et du paiement des contributions des assurances sociales (AVS/AI/PC/ACI et LPP) pour le même mois. En conséquence, l’administration des licences de la SFL a déposé une nouvelle dénonciation contre le club.

Trois procédures ont déjà été traitées par la Commission de discipline. Avant la dénonciation de ce jour, deux autres procédures supplémentaires contre Neuchâtel Xamax étaient ouvertes d’office par la CD. Une concerne le soupçon de faux documents et une autre l’éventualité que le club «rouge et noir» n’a pas déposé tous les contrats de travail des joueurs à la SFL.

■ Marcel Hirscher déloge Svindal

Marcel Hirscher a pris le pouvoir en Coupe du monde. Vainqueur du slalom d’Alta Badia (It), le prodige autrichien a délogé le Norvégien Aksel Lund Svindal en tête du classement général. Le Salzbourgeois de 21 ans a fêté sa deuxième victoire de la saison (la 5e en tout), après celle conquise en géant à Beaver Creek (EU). Mais c’est surtout l’ensemble de son début de saison qui est bluffant. En six épreuves techniques, il ne s’est jamais classé au-delà de la 6e place, montant même à quatre reprises sur le podium. Cette constance fait de lui le pendant du Bernois Beat Feuz, dominateur de son côté en vitesse.

■ Le record suisse du 4x100 m invalidé

Le record national du relais suisse masculin établi en septembre dernier au meeting de Zurich (38’’62) a été invalidé par la Fédération internationale (IAAF). Le contrôle antidopage effectué après la course a révélé la présence de ritaline dans l’échantillon du relayeur Pascal Mancini, un produit pour lequel le sprinter ne possédait pas une autorisation en bonne et due forme aux yeux de l’IAAF. Mancini écope d’un avertissement. La Fédération internationale ne parle pas de dopage mais de «vice de forme administratif»

■ Les petits calculs de l’équipe suédoise de hockey

La victoire de l’équipe de Suède aux Jeux olympiques de Turin en 2006 est désormais entachée d’un léger voile suite aux déclarations de l’ancien international Peter Forsberg. Forsberg, qui fut l’une des stars de l’équipe aux Trois couronnes, a révélé lors d’une émission à la télévision suédoise que l’équipe de Suède avait fait exprès de perdre son dernier match du tour préliminairedu tournoi olympique contre la Slovaquie (0-3). Il s’agissait pour les Scandinaves d’affronter un adversaire plus «facile», en l’occurrence la Suisse, en quarts de finale au lieu de la République tchèque. Leur calcul ne fut pas mauvais puisqu’ils balayèrent 6-2 une sélection helvétique à bout de forces.

■ Zamparini, le «Constantin» italien

Le président de Palerme, Maurizio Zamparini, surnommé le «mange-entraîneur», a licencié Devis Mangia, le 39e technicien consommé dans sa carrière (entre Venise et Palerme), a annoncé le club sicilien, au lendemain de la défaite dans le derby contre Catane (2-0). «Zamparini mangia Mangia»: Zamparini mange Mangia, la presse italienne ne s’est pas privée du jeu de mot le plus facile de la saison. Après avoir déjà remplacé Stefano Pioli avant même le début de la Serie A, le président palermitain a remercié son successeur. Bortolo Mutti, qui a déjà entraîné Palerme lors de la saison 2001-02, en Serie B (2e div.), pourrait lui succéder.

Publicité