Tandis que les zones d’ombre se multiplient, les faits et gestes de Novak Djokovic n’en finissent plus de mobiliser la presse internationale. Le numéro un mondial a obtenu, lundi, une première victoire dans son duel contre les autorités australiennes. Libéré du centre de rétention dans lequel il avait été placé à son arrivée dans le pays, le sportif s’est empressé au lendemain de la décision d’aller s’entraîner sur le site de l’Open d’Australie. Sa participation au Grand Chelem reste toujours en suspens, un porte-parole du ministre de l’Immigration, Alex Hawke, a déclaré qu’il «envisageait d’annuler le visa de Novak Djokovic» en utilisant ses pouvoirs ministériels, mais a refusé d’en dire davantage pour des raisons juridiques.