Agenda

Le menu de Fêtes des amateurs de sport

Pour animer les vacances des autres, beaucoup d’athlètes zappent les leurs. Dans plusieurs disciplines, des compétitions majeures se déroulent entre Noël et Nouvel An, pour un festin à déguster sur place ou devant sa télévision

Le monde s’apprête à tourner au ralenti pendant dix jours. Le temps des fêtes de fin d’année, les affaires courantes passent après la dinde de Noël et le champagne de la Saint-Sylvestre. Certains sportifs goûtent à un peu de répit bienvenu dans leur préparation ou au beau milieu d’une saison, mais d’autres ne marquent pas la moindre trêve, bien contraire.

Pour animer les après-midi et soirées festives des amateurs de sport, footballeurs anglais, joueuses et joueurs de tennis, skieuses et skieurs de tout poil sacrifient les leurs. Rempli d’événements de grande tradition et de compétitions singulières, le programme sportif de ces prochains jours s’apparente à un véritable menu de Fêtes, ici détaillé de manière non exhaustive.


En football, le Boxing Day

La tradition dépasse en réalité le football: au lendemain de Noël, la Grande-Bretagne digère avec un menu sport. Rugby, cricket, courses hippiques, il y en a pour tous les goûts. Mais c’est bien la Premier League qui est la cible de toutes les attentions. Historiquement, les principaux derbies étaient programmés le 26 décembre afin que les supporters puissent aller voir un match de leur équipe sans avoir à se déplacer. Le principe n’a plus cours aujourd’hui, mais l’orgie de matches demeure. Du 26 décembre au 4 janvier, il y en aura au moins un chaque jour sauf le 29 décembre. Manchester United jouera par exemple les 23, 26 et 30 décembre, puis le jour de l’an. Gueule de bois interdite.

Infos pratiques. Le 26 décembre, huit matches de Premier League anglaise entre 13h30 et 18h30.


En hockey, la Coupe Spengler

Après la Coupe Stanley, chaque année offerte à l’équipe qui remporte les play-off de NHL, la Coupe Spengler est la deuxième plus ancienne compétition de l’histoire du hockey sur glace. Née en 1923 à Davos, elle est aujourd’hui organisée par le club local, qui en retire une partie des ressources nécessaires à son bon fonctionnement. C’est le HC Davos lui-même qui distribue les invitations à des clubs – souvent européens – et parfois à des équipes nationales. Pour la première fois depuis trente-huit ans, la sélection suisse sera cette année de la partie, dans l’optique de préparer les Jeux olympiques et, affirme l’entraîneur Patrick Fischer, de remporter le trophée.

Infos pratiques. Dès le 26 décembre, deux matches par jour à 15h10 et 20h15. Finale le 31 décembre à 12h10. A suivre sur RTS 2.


En tennis, la Hopman Cup

C’est un tournoi à part dans le dense calendrier de la Fédération internationale de tennis. Chaque année, la Hopman Cup est la seule occasion de voir à l’œuvre des doubles mixtes composés exclusivement de deux athlètes d’un même pays, qui sont aussi appelés à disputer des simples. Y participent huit nations qui doivent être représentées par leurs meilleurs éléments pour tout le faste qui sied à cette période. Pour la deuxième année consécutive, la Suisse pourra compter sur le binôme Roger Federer-Belinda Bencic. L’an dernier, le maître bâlois et la jeune Saint-Galloise s’étaient inclinés en demi-finale. Ils affronteront les paires russe, américaine et japonaise au premier tour.

Infos pratiques. La Suisse affronte le Japon (30 décembre), la Russie (2 janvier) et les Etats-Unis (4 janvier). A suivre sur RTS 2.


En saut à ski, la Tournée des Quatre-Tremplins

Rares sont les sports où le prestige d’une compétition annuelle concurrence celui des Jeux olympiques. C’est le cas en saut à ski avec la mythique Tournée des Quatre-Tremplins, qui réunit depuis 1953 les meilleurs athlètes du monde et des dizaines de milliers de spectateurs en folie entre l’Allemagne et l’Autriche lors du passage à la nouvelle année. La gagner, c’est inscrire son nom au panthéon des meilleurs. Les quatre médailles d’or olympique de Simon Ammann ne font ainsi pas oublier aux puristes qu’il n’a jamais remporté la «Vierschanzentournee». Cette année, à deux mois des JO, le Saint-Gallois aborde l’échéance en net regain de forme et de confiance.

Infos pratiques. Concours les 30 décembre (Oberstdorf), 1er (Garmisch), 4 (Innsbruck) et 6 janvier (Bischofshofen). A suivre sur RTS 2.


Ski de fond, le Tour de ski

Le Tour de ski est de son côté une invention récente: sa première édition ne remonte qu’à 2006. L’idée originelle serait née dans un sauna norvégien, où deux personnalités de la discipline tentaient de se mettre d’accord sur l’identité du meilleur fondeur actuel et butaient sur les différents profils des uns et des autres – spécialiste des longues distances, sprinter… Il fallait une compétition réunissant tous les types d’épreuves pour les départager. Le Grison Dario Cologna a remporté trois des onze premières éditions de cet événement qui, chaque année, constitue un des points culminants de la saison de ski nordique.

Infos pratiques. Du 30 décembre au 7 janvier, sept épreuves entre Lenzerheide (Suisse), Oberstdorf (Allemagne) et Val di Fiemme (Italie). A suivre sur RTS 2.


Ski alpin, la Coupe du monde

Pour les skieurs alpins, la période des Fêtes ne coïncide pas avec un événement particulier mais la Coupe du monde s’y déroule à un rythme très soutenu. Année olympique oblige, les athlètes doivent remplir les critères nécessaires pour assurer leur qualification et ils n’ont que jusqu’au 21 janvier pour le faire. Ils pensent donc davantage à soigner leur forme physique et à signer de bons résultats qu’à célébrer la nouvelle année. Début janvier s’enchaînent les cinq épreuves disputées sur la neige suisse à Adelboden, puis à Wengen.

Infos pratiques. Les 28 et 29 décembre, épreuves féminines à Lienz (Autriche) et masculines à Bormio (Italie). Le 1er janvier, «city-event» à Oslo pour les hommes et les femmes. Les 6 et 7 janvier, géant et slalom messieurs à Adelboden (Suisse). A suivre sur RTS 2.

Publicité