Sur le banc du Real Madrid, Gareth Bale hésite. Un coup, il bâille, un autre, il transforme son masque anti-covid en masque de nuit et mime le sommeil. Allégorie de sa situation dans la capitale espagnole, où il est arrivé en 2013, contre 100 millions d’euros. Le Gallois avait alors 24 ans et représentait l’avenir doré du club merengue. Mais voilà, sept ans plus tard, hormis quelques fulgurances (dont trois buts en finales de C1), le gaucher a déçu au Real, avec qui il est lié jusqu’en juin 2022.

Zidane n’en veut plus depuis des mois, mais, émargeant à 15 millions d’euros par an, Gareth Bale veut aller au bout de son contrat, quitte à rester sur le banc de touche. Où pourrait-il aller, d’ailleurs? Des rares clubs susceptibles de payer son indemnité de transfert et son salaire, aucun ne veut investir dans un joueur de 31 ans, dont les meilleures années sont sur YouTube. La situation de Bale n’est pas unique. D’autres grands noms sont dans des situations plus précaires que leur statut ne le laisse supposer: Luis Suarez, Edinson Cavani, Philippe Coutinho, David de Gea, Mesut Ozil, Harry Kane…