Michael Albasini, 27 ans, est un homme heureux. Le Tessinois de la formation Liguigas, 3e du prologue à Genève et 2e de la 1re étape mercredi, a conservé son maillot jaune de leader hier entre Moutier et Fribourg (172 km). «Ce sera une très belle chose de partir en dernier sur le contre-la-montre [ndlr: aujourd'hui autour de Sion], d'être reconnu par les spectateurs au bord de la route. Je n'avais jamais vécu ça», dit celui dont le palmarès se limite pour l'instant à une victoire d'étape sur le Tour de Suisse 2005 et à un succès lors du Circuit de la Sarthe l'an passé. L'homme ne se fait d'ailleurs aucunes illusions pour la suite: «Je vais donner le maximum pour tenir, mais ça paraît impossible de garder le maillot parce qu'il y a de grands rouleurs comme Thomas Dekker et Andreas Klöden juste derrière moi.»