Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Michael Lang après son but contre Manchester City, le 7 mars 2018, à Manchester, en Angleterre.
© PAUL ELLIS / Keystone

Football

Michael Lang, patience et longueur de cheveux

Le meilleur joueur de Super League n’est pas un attaquant aux bras tatoués mais un latéral droit, qui a su s’adapter pour devenir incontournable au FC Bâle, en attendant la Nati et l’étranger

Michael Lang fait mentir Johnny Hallyday. Il a les cheveux longs, mais pas les idées courtes. C’est la première chose que disent de lui ceux qui le connaissent bien: le garçon est intelligent. Et c’est ce qui explique qu’il soit arrivé là où il est. En Super League, le FC Bâle souffre (deuxième à 14 points de Young Boys avant d’affronter Lucerne dimanche), mais son latéral droit étincelle. Sa compréhension du jeu, sa capacité d’adaptation et son sens des priorités en ont fait le joueur le plus en vue du championnat.

Fin janvier, Michael Lang a été élu footballeur de l’année en Suisse, une première pour un défenseur depuis Andy Egli en 1990. Claude Ryf, qui l’a sélectionné en équipe nationale M19, a voté pour lui. «L’occasion d’élire un arrière latéral est rare. Cette année, c’était pour moi une évidence: toutes les équipes du championnat rêvent d’avoir quelqu’un comme lui à ce poste magnifique, à la fois défensif et offensif, qu’il incarne à merveille.»

Lire aussi: A Bâle, la tradition du retour au bercail

«Il faut être au bon endroit au bon moment»

«Michael n’est défenseur que sur le papier, se marre l’ancien international Stéphane Grichting, qui fut son coéquipier à Grasshopper. Depuis quelques saisons, il s’est révélé comme un atout offensif de premier ordre. Il n’y a qu’à voir tous les buts qu’il marque…» Le dernier en date n’est pas passé inaperçu: mercredi, sa frappe en pleine lucarne a permis au FC Bâle de battre Manchester City à l’Etihad Stadium (1-2) et de quitter la Ligue des champions sur une note positive.

En novembre, c’est déjà lui qui avait offert la victoire à son équipe contre Manchester United (1-0). Pas un goal extraordinaire: il n’a eu qu’à pousser le ballon au fond des filets sur un centre parfait. Mais il connaît la clé d’une action, d’une partie, d’une carrière réussie: «Il faut être au bon endroit au bon moment», disait-il au Matin Dimanche en 2014.

Grandir vite

C’est ce qu’il s’applique à faire depuis le début. Né en 1991 à Egnach, sur les bords du lac de Constance, Michael Lang a 9 ans lorsque le FC Saint-Gall devient la première équipe championne de Suisse du XXIe siècle. Il se dit que c’est le moment de rejoindre les Brodeurs. «Je n’ai jamais voulu jouer dans un club de village, racontait-il l’an dernier au magazine Sport. Je me disais que si je ne parvenais pas à intégrer le FC Saint-Gall, je préférerais taper dans le ballon avec mes copains dans la cour de l’école ou me consacrer au tennis.» Heureusement pour lui, son club et le football suisse, il se fait remarquer lors d’une journée de détection.

Le petit «Michi» est un de ces préados qui grandissent vite au propre comme au figuré. Il n’a que 15 ans mais déjà un corps et un football d’homme quand René Weiler, alors entraîneur de la réserve saint-galloise, le titularise pour la première fois en 1re ligue. «Il était déjà très confiant, très talentueux, avec d’excellents prérequis athlétiques et une bonne compréhension du jeu», se rappelle le technicien zurichois, passé depuis par Anderlecht.

Lire aussi: Anderlecht, la classe à la belge

Le sport a le mauvais réflexe de se fier aux apparences. Avec ses 185 centimètres et sa carrure, Michael Lang est taillé pour jouer en défense centrale. C’est Claude Ryf qui, le premier, lui demande de faire un pas de côté. «En équipe nationale, j’avais pris Michael, né en 1991, avec la génération des 1990, car il avait déjà leur niveau mais je n’avais pas besoin de lui dans l’axe. Alors, je l’ai fait jouer latéral. A cet âge-là, on ne sait jamais si un joueur va percer. Mais quand j’ai vu la facilité avec laquelle il s’est approprié cette nouvelle position, j’ai compris qu’il irait loin, car il avait l’intelligence de faire ce qu’il fallait pour se rendre utile.»

Fierté ravalée

Certains continuent pourtant de voir Michael Lang comme un authentique stoppeur. A commencer par lui-même. A Grasshopper, il évolue dans l’axe d’une défense perméable. Le club décide de se renforcer en rapatriant d’Auxerre Stéphane Grichting. «Je suis arrivé à Zurich pour prendre la place de «Michi». Je le savais, il le savait», se souvient le Valaisan. Le Saint-Gallois n’est pas ravi. Il accueille plutôt froidement le coach Uli Forte venu lui dire que pour passer un cap, pour espérer jouer un jour en équipe nationale, il doit se reconvertir.

Mais il finit par ravaler sa fierté. «Finalement, il s’est vite pris au jeu, poursuit Stéphane Grichting. Il s’est découvert une réelle aisance le long de la ligne, une belle technique de balle et le nez pour sentir les coups.» Au bon endroit, au bon moment. Il enchaîne les bons matches. Marque des buts. Séduit Ottmar Hitzfeld, qui le convoque avec la Nati en 2013 comme Uli Forte le pressentait, et le FC Bâle, qui l’engage en 2015.

Le barrage Lichtsteiner

Aujourd’hui, Michael Lang fait l’unanimité comme latéral et comme coéquipier. Sauvage sur le terrain, où l’effort et la transpiration lui donnent parfois des airs de Christ trash, coquet dans le vestiaire, dont il serait toujours le dernier à sortir (bien coiffé). Drôle, mais posé. Sérieux ce qu’il faut. «C’est le vrai joueur professionnel, qui va souvent à la muscu pour lui et fait très attention à son alimentation, souligne Stéphane Grichting. Quand je l’ai rencontré, il n’avait que 21 ans mais déjà l’intelligence d’identifier les étapes à ne pas brûler.»

Lire aussi: La force de l’équipe de Suisse est aussi sur le banc

Et la patience qui va avec. Cet hiver, son profil intéressait des équipes de seconde partie de tableau en Angleterre et en Allemagne, mais il ne s’est pas précipité sur la perspective de tripler son salaire au risque de s’enterrer à six mois de la Coupe du monde. En équipe nationale, il a la malchance d’évoluer au même poste que l’indéboulonnable capitaine Stephan Lichtsteiner mais il évite de se plaindre de son statut de remplaçant. D’autres ont hypothéqué leur carrière internationale en allant à la négociation virile avec les sélectionneurs; lui sait qu’un jour le Lucernois (34 ans) fera ses adieux à la Nati. Ce sera le bon moment, et Michael Lang sera au bon endroit.


Michael Lang en dates

1991 Naissance à Egnach (Thurgovie).

2000 Premiers pas chez les juniors du FC Saint-Gall, tout frais champion de Suisse.

2007 Premier match en Super League à 16 ans.

2013 Première sélection en équipe de Suisse.

2018 Elu meilleur joueur de Super League.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL