FIFA

Michel Platini ressort libre de garde à vue

L'audition de l'ancien patron de l'UEFA s'inscrivait dans le cadre de l'enquête française pour corruption sur les conditions d'attribution de la Coupe du monde au Qatar. A sa sortie, Michel Platini a défendu «être serein»

L'ancien patron de l'UEFA Michel Platini est ressorti libre de sa garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi après plusieurs heures d'audition. «La garde à vue est levée», a annoncé son avocat William Bourdon peu avant 1 heure du matin.

Ce dernier a dans le même temps dénoncé «beaucoup, beaucoup de bruit pour rien». «Cette garde à vue a été perçue par Michel comme injuste et hors de proportion», a-t-il ajouté. L'audition de l'ex-star de l'équipe de France de football s'inscrivait dans le cadre de l'enquête française pour corruption sur les conditions d'attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar.

Lire également: L’étau se resserre autour de Michel Platini, placé en garde à vue

A sa sortie des locaux de l'office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF), à Nanterre, près de Paris, Michel Platini, les traits tirés, a en effet expliqué: «alors que je devais arriver comme auditeur libre, on me met tout de suite en garde à vue, ça fait mal». «Ca a été long», a-t-il ajouté.

De questions sur l'Euro 2016, la Coupe du monde en Russie, la Coupe du monde au Qatar, le PSG et la Fifa lui ont été posées, a-t-il précisé. «J'ai toujours été serein car je me sens complètement étranger à n'importe quelle affaire», a-t-il encore affirmé.

Lire aussi: Attribution du Mondial-2022 au Qatar: Michel Platini est en garde à vue

«Nous ne considérons en aucune façon que Michel Platini puisse être considéré comme suspect de quoi que ce soit, pas plus hier, aujourd'hui, que demain. C'est donc pour nous une affaire terminée», a renchéri son avocat.

Des auditions dans le cadre d'une enquête préliminaire

Placée en garde à vue en même temps que Michel Platini, l'ex-conseillère sports de Nicolas Sarkozy, Sophie Dion, est également sortie libre dans la soirée.

Ces auditions se sont déroulées dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier (PNF) en 2016 pour «corruption privée», «association de malfaiteurs», «trafic d'influence et recel de trafic d'influence» pour examiner les conditions d'attribution des Coupes du monde de football 2018 et 2022.

Publicité