Le 1er août fut cauchemardesque dans le camp suisse aux JO. Gêné par ses douleurs à l’épaule droite, Fabian Cancellara n’a pu faire mieux que 7e dans un contre-la-montre remporté par le grand favori Bradley Wiggins.

«Je savais ce que je devrais endurer. Je me suis donné à 100 %. Plus, ce n’était pas possible», expliquait le désormais ex-tenant du titre. «J’aurais pu quitter Londres samedi (réd: après sa chute dans le course en ligne). Mais je voulais montrer que je suis un champion.»

«J’ai gagné plus que je n’ai perdu»

«Au final, ce n’est pas grave de terminer 7e, 6e ou même 4e. L’important pour moi était de courir. Ce sont les Jeux olympiques, qui sont un grand objectif. Je voulais absolument m’aligner pour ma famille et mes fans, par respect pour les JO et pour le staff médical qui a tout fait pour me remettre sur pied. Bien sûr que je suis déçu. Mais aujourd’hui , j’ai gagné plus que je n’ai perdu», lâchait-il.

La douleur fut simplement plus forte que sa volonté. «J’ai eu mal dès le premier virage, ce qui ne m’a d’ailleurs pas surpris», soulignait le Bernois de 31 ans, qui se désunissait de plus en plus au fil des 44 km du parcours tracé autour du somptueux Hampton Court Palace. «Ma position sur le vélo n’était pas idéale. Je ne parvenais pas à appuyer comme je le voulais sur le guidon», précisait-il.

«Me retrouver en famille»

Troisième après 7,3 km avec 5’’ de retard sur le futur médaillé d’argent Tony Martin, Fabian Cancellara était déjà éjecté du podium provisoire après 18,4 km. Alors 4e à 7’’ du troisième Chris Froome, Spartacus craquait dans les kilomètres qui suivaient. Il se retrouvait ainsi à 1’20’’ de «Wiggo» après 29,9 km. Un gouffre pour un rouleur de sa classe, dont le calvaire s’achevait après 52’53’’71.

Battu finalement de 2’14’’, le quadruple champion du monde de la spécialité restait ensuite prostré à terre pendant de très longues minutes pendant qu’on commençait à le soigner. «Mon objectif prioritaire est désormais de rentrer à la maison, pour me retrouver en famille et me relaxer», glissait-il, exténué.

Deuxième Helvète en lice dans ce chrono, Michael Albasini n’a comme prévu joué aucun rôle dans cette épreuve. Le Thurgovien terminait à un bien modeste 30e rang (sur 37 classés), à près de 6’ du vainqueur.

Le sacre du Roi Wiggo

Accouru en masse, l’impressionnant public anglais, frustré par le déroulement de la course en ligne de samedi, a cette fois-ci pu se lâcher. Le sacre annoncé de Bradley Wiggins, qui avait eu l’honneur de lancer la cérémonie d’ouverture dans la foulée de son sacre du Tour de France, a bien eu lieu devant la résidence favorite du Roi Henri VIII. Sous un soleil retrouvé qui plus est.

Le médaillé d’argent du contre-la-montre des Mondiaux 2011 a même survolé les débats, s’imposant en 50’39’’54 à la moyenne de 52,113 km/h, avec 42’’ d’avance sur Tony Martin et 1’08’’ sur un autre Britannique, son équipier et dauphin de la Grande Boucle Chris Froome. «Je ne trouve pas les mots. C’est vraiment incroyable de pouvoir remporter un titre olympique à domicile, lâchait le héros du jour. Rien ne pourra égaler ce que je suis en train de vivre après avoir déjà remporté le Tour de France. C’est tout simplement phénoménal.»

Mieux que Redgrave

Premier médaillé d’or masculin britannique dans ces joutes, Bradley Wiggins (32 ans) a même écrit une superbe page de l’histoire du sport du Royaume-Uni. Le natif de Gand est en effet devenu le sujet de Sa Majesté le plus médaillé dans des Jeux olympiques. Vainqueur de trois titres pendant une carrière de pistard au cours de laquelle il a également conquis une médaille d’argent et deux de bronze, il en est désormais à sept breloques olympiques. Soit une de plus que la légende de l’aviron, Sir Steve Redgrave, qui avait glané six médailles dont cinq d’or durant sa brillante carrière.

«Ce n’est pas important d’avoir remporté sept médailles si elles ne sont pas de la bonne couleur, soulignait-il. Le chiffre qui compte, ce sont mes quatre médailles d’or. Maintenant, je dois continuer jusqu’aux JO de Rio» en 2016, où il pourra tenter d’égaler Steve Redgrave au nombre de titres olympiques.