Football

Monaco remporte le match du jour d’après

Vingt-quatre heures après l’attaque qui a visé le Borussia Dortmund, l’AS Monaco et le club allemand meurtri s’affrontaient en Ligue des champions pour résister au terrorisme

Rarement un match de football se sera déroulé dans un climat aussi étrange. Mercredi en fin d’après-midi, l’AS Monaco a battu le Borussia Dortmund sur le score de 2-3 au Signal Iduna Park de Dortmund, en quarts de finale aller de la Ligue des champions. Initialement, le match aurait dû se dérouler la veille, mais le car qui emmenait les joueurs allemands au stade a été la cible d’une attaque à l’explosif. L’UEFA a rapidement pris la décision, après concertation avec les autorités locales et les deux clubs, de reporter la rencontre au lendemain.

Lire aussi: Bus du Borussia Dortmund: un suspect de la «mouvance islamiste» interpellé

Le gardien suisse du Borussia Dortmund Roman Bürki a procédé à la reconstitution des événements pour Blick: «Nous sommes partis de l’hôtel vers 19h15 et nous avons soudain entendu une énorme explosion. J’étais assis au dernier rang, à côté de Marc Bartra, qui a été blessé par un éclat de verre. Nous nous sommes tous accroupis et certains se sont même couchés au sol dans le bus. Nous ne savions pas si cela allait encore se produire. La police est rapidement intervenue et a sécurisé la zone.» Mais évidemment, à ce stade, personne n’avait le cœur à jouer au football.

«Ce sont des images qu’on ne peut pas s’enlever de la tête. J’espère que l’équipe sera, dans une certaine mesure, en état de se présenter demain pour un match de compétition», déclarait, à chaud, le patron du club Hans-Joachim Watzke.

Lettre de revendication

Les informations se sont égrenées petit à petit durant toute la journée de mercredi, et la piste du terrorisme islamiste s’est renforcée. Les enquêteurs ont effectué des perquisitions au domicile de deux personnes et ont interpellé l’une des deux, ont annoncé les services du procureur fédéral d’Allemagne à Düsseldorf. Les enquêteurs disposent, selon les médias allemands, d’une lettre de revendication rédigée «au nom d’Allah» pour les trois explosions qui ont endommagé le bus de l’équipe de Dortmund. Cette lettre, qui cite nommément la chancelière Angela Merkel, présente les explosions comme une réponse à l’implication de l’armée allemande dans la surveillance du groupe Etat islamique en Syrie.

Si cette piste djihadiste devait se confirmer, elle serait de nature à renforcer l’inquiétude en Allemagne après plusieurs attentats islamistes depuis un an. La vigilance des forces de sécurité nationales est renforcée depuis plusieurs mois, notamment depuis l’attentat au camion bélier de Berlin qui a fait douze morts en décembre.

En attendant, le match s’est donc bel et bien déroulé le jour d’après l’attaque. Mercredi, plusieurs personnes l’érigeaient même en symbole, à l’instar du vice-président de l’AS Monaco Vadim Vasilyev: «Le football sera plus fort que ce type d’acte ignoble.»

Publicité