L’Italien qui a pénétré sur la pelouse du match Portugal - Uruguay au Mondial 2022 lundi, avec un drapeau arc-en-ciel et un tee-shirt de soutien aux femmes iraniennes et à l’Ukraine, a été rapidement relâché «sans autre conséquence», a annoncé le ministère italien des affaires étrangères mardi.

Lire aussi: La critique du Qatar tourne à l’opposition à la FIFA

«Après une brève détention» dont le lieu n’a pas été précisé, l’homme identifié comme Mario Ferri, né en 1987, «a déjà été libéré par les autorités sans autre conséquence», a précisé le ministère dans un communiqué.

Coutumier du fait

Ferri, surnommé «Le Faucon», est un habitué de ce type d’intrusion dans les stades. Lors du Mondial 2014 au Brésil, il était entré sur le terrain pendant Belgique - Etats-Unis avec un tee-shirt portant les inscriptions «Sauvez les enfants des favelas» et «Ciro Vive», en hommage à un supporter de Naples tué peu de temps auparavant, selon l’agence italienne AGI. Sur son compte Instagram, il avait posté des images depuis l’intérieur du stade de Lusail, à Doha, la dernière étant prise à la mi-temps.

C’est la première fois qu’un match est marqué par une telle intrusion depuis le début de la compétition organisée au Qatar, en butte aux critiques occidentales concernant le traitement des personnes de la communauté LGBT +. Dans le petit émirat, l’homosexualité est passible de poursuites pénales.

Matériel arc-en-ciel confisqué

A la 52e minute du match, après avoir traversé le terrain en courant pendant une trentaine de secondes devant les joueurs sans réaction, l’homme a été plaqué au sol par un stadier puis escorté calmement par la sécurité hors de la pelouse.

Lire aussi: Lettre ouverte à Gianni Infantino

Il portait un tee-shirt frappé sur l’avant du logo de Superman avec une inscription de soutien à l’Ukraine, «Save Ukraine», et dans le dos un message en faveur des femmes iraniennes («Respect for Iranian Woman»). La scène n’a été montrée que furtivement à la télévision.

Si la Fédération internationale de football (FIFA) a assuré que drapeaux ou habits aux couleurs de l’arc-en-ciel seraient acceptés dans les stades, dans les faits ceux-ci ont été confisqués à plusieurs reprises par les forces de sécurité.