Patrick Fischer l’avait promis au lendemain de la sévère défaite de son équipe de Suisse contre la Suède: «Nous réagirons jeudi contre la Slovaquie!» Le sélectionneur n’avait pas menti. Contre une formation qui avait enchaîné trois succès d’entrée au Championnat du monde de Riga (Lettonie), ses hommes n’ont pas fait de quartier. Score final: 8-1!

Lire aussi: La Suisse vaut mieux que sa défaite 7-0

Le succès s’est dessiné timidement lors du premier tiers-temps, avec une réussite un peu chanceuse du capitaine Rafael Diaz. Il fut assuré au cours de la période médiane avec trois réussites signées Sven Andrighetto, Romain Loeffel et Grégory Hofmann. Et il a été parachevé lors des vingt dernières minutes de jeu, avec l’élan de l’équipe à qui tout sourit, via des goals de Timo Meier, Philipp Kurashev, Romain Loeffel et Grégory Hofmann.

Quelques changements

En prévision de ce match, Patrick Fischer avait procédé à certains ajustements au sein de ses lignes et à la titularisation du gardien Reto Berra. Mais dans le fond, son équipe n’a pas changé de visage. Elle a continué de produire un jeu technique et rapide, misant sur le talent de la quasi-totalité des joueurs composant un effectif construit pour faire acte de spectacle. La grande différence par rapport à la défaite concédée contre la Suède? Cette fois, les tentatives ont pour ainsi dire toutes abouti.

Après un vendredi de congé, l’équipe de Suisse affrontera un sérieux concurrent: la Russie. Et puis il restera à négocier la Biélorussie et le Royaume-Uni pour prendre le chemin des quarts de finale. Sur la base de sa démonstration contre la Slovaquie, elle a beaucoup à espérer de ce tournoi.