Les Championnats du monde de cyclisme sur route, prévus du 20 au 27 septembre sur le site suisse d’Aigle-Martigny, ont été annulés en raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus, ont annoncé mercredi les organisateurs.

Mais l’Union cycliste internationale (UCI) a réagi en indiquant qu’elle souhaite maintenir les épreuves et travaille à «un projet alternatif» pour que l’édition 2020 des Mondiaux «se tienne, en priorité en Europe et aux dates initialement prévues».

Selon des décisions des autorités fédérales suisses prises mercredi, les grandes manifestations «impliquant plus de 1000 personnes» restent interdites jusqu’au 30 septembre. «De ce fait, l’organisation des Championnats du monde est impossible d’autant que plus de 45 pays sont soumis à quarantaine pour l’entrée en Suisse […] ce qui ne permettrait pas de donner à l’événement le rayonnement souhaité», ont indiqué les organisateurs dans un communiqué.

«Conditions plus réunies»

Etant donné ces décisions, le comité d’organisation et les autorités politiques des cantons concernés «ont malheureusement estimé que les conditions n’étaient plus réunies pour organiser l’événement», a commenté l’UCI.

Lire aussi: L’incertitude, la nouvelle norme olympique

Mais à la lumière de «l’importance sportive» de ces Mondiaux monde sur route, l’UCI «va travailler à un projet alternatif pour s’assurer que l’édition 2020 de l’événement puisse avoir lieu, en priorité en Europe et aux dates initialement prévues», a ajouté l’instance.

Cette édition programmée sur un site différent «mais aussi exigeant que celui d’Aigle-Martigny» «pourrait inclure tout ou partie des courses prévues», a ajouté l’UCI.

Course très sélective

Les Mondiaux sur route, qui comportent onze épreuves au programme, devaient réunir plus d’un millier de cyclistes provenant de 80 pays.

La course élite messieurs, programmée le 27 septembre, était annoncée comme l’une des plus sélectives de l’histoire (249 km et 4040 m de dénivelé), avec la côte de la Petite Forclaz dans la boucle finale.

La Suisse aurait dû ainsi accueillir pour la 12e fois les Mondiaux sur route, depuis leur création en 1921.