Ils passeraient inaperçus en bordure de route. Mais au sommet du Mont-Blanc, ces quatre pieux métalliques focalisent toutes les attentions et divisent le milieu alpin en deux catégories: ceux qui les plantent et ceux qui les enlèvent (et donc, creusent).