Ouvert depuis le 24 juin 1993, le Musée olympique de Lausanne – qui accueillera prochainement son 1 500 000e visiteur – subit actuellement une cure de rajeunissement. «Musée 2000», c'est le nom de l'opération rénovation, se déroule en deux phases. La première, qui concernait le niveau zéro du bâtiment, vient de prendre fin. De nouveaux espaces ont été créés (certains ont été mis en service en novembre dernier, d'autres au début de ce mois). Les origines du Mouvement olympique, la Grèce, les torches et symboles ou encore l'aventure olympique sont les éléments traités à cet étage où un spectacle audiovisuel ouvre la voie à la visite du musée et où deux satellites d'information sont disponibles, qui développent des thèmes en rapport avec le fonctionnement du Mouvement olympique: solidarité, éducation, finances, marketing, médiatisation, etc. Depuis peu, le chantier s'est déplacé au premier étage où ce sont les espaces réservés aux Jeux et aux athlètes qui vont être transformés et améliorés. Devisés à 10,3 millions de francs pour les deux niveaux, l'ensemble des travaux devraient être terminés pour le 23 juin prochain.

«Cette rénovation doit nous permettre de renouveler et d'améliorer notre offre, a expliqué hier devant la presse Françoise Zweifel, directrice du Musée olympique de Lausanne. Nous souhaitons que nos expositions permanentes soient désormais plus informatives et plus scénographiques. Nous voulons aussi diversifier nos prestations en les déclinant pour tous les types de public. Plusieurs expositions très différentes seront ainsi proposées: certaines centrées sur l'interactivité, d'autres sur l'histoire, d'autres encore sur le sport et les questions de société. L'objectif est de diffuser de manière toujours plus vaste les idéaux du Mouvement olympique.»

Bon an, mal an, le Musée olympique de Lausanne accueille donc quelque 200 000 visiteurs. Ce qui en fait l'établissement le plus visité de Suisse après le Musée des transports de Lucerne. Phénomène intéressant, de plus en plus de personnes handicapées ou défavorisées arpentent les différentes salles du Musée olympique. Il est vrai que, dès sa conception, tout a été mis en œuvre pour que les personnes handicapées ne soient pas oubliées. Avec le temps, le service à cette clientèle s'est amélioré. Depuis deux ans en effet, un responsable – Simon Mandl – a été désigné pour s'occuper de l'accueil des handicapés. Une fonction que la direction du musée a voulu créer pour informer les personnes concernées des facilités qui leur sont réservées: tarifs spéciaux, accès facilités, sanitaires adaptés, etc.

«Souvent, les handicapés ne reçoivent pas assez d'attention dans les lieux publics, estime Simon Mandl. Cela les décourage de venir. C'est la raison pour laquelle ma fonction a été créée. Je dois m'occuper de cette clientèle particulière, l'assister si nécessaire et veiller aussi à encourager les organismes qui œuvrent en faveur des handicapés à organiser leurs réunions en nos murs en leur offrant certaines facilités.» Simon Mandl estime qu'en trois ans, le nombre de véhicules transportant des personnes handicapées a triplé. «C'est un signe très encourageant», dit-il.