On attendait Wawrinka-Nadal et ce sera Zverev-Thiem. Mercredi, l’Allemand et l’Autrichien, encore jeunes mais plus tout à fait des espoirs, ont brillamment déjoué les pronostics qui imaginaient un dernier carré classique entre anciens vainqueurs de l’Open d’Australie. Si Stan Wawrinka a rapidement été surclassé 1-6 6-3 6-4 6-2 par Alexander Zverev (il dira «avoir pris trois sets», après le gain rapide du premier), Rafael Nadal ne céda qu’au terme d’une furieuse bataille (4h10).

Le numéro un mondial s’est incliné en quatre sets et trois tie-breaks (7-6 7-6 4-6 7-6). Thiem, que seul Nadal parvient à battre à Roland-Garros depuis trois ans, a remporté une superbe victoire, la première pour lui en Grand Chelem face à Nadal. La partie fut d’une intensité féroce, d’autant que les coups gagnants étaient rares, confirmant le phénomène déjà décrit cette année à Melbourne d’un ralentissement des conditions de jeu. «On dirait que l’on veut revoir des matchs de six heures», s’étonnait récemment Marc Rosset, faisant référence à la finale 2012 entre Nadal et Djokovic qui dura 5h53. «J’ai pu breaker quand les balles étaient neuves», déplorait Rafael Nadal.