L’équipe de Suisse a très laborieusement entamé son championnat du monde 2009. Dans une patinoire de Berne totalement acquise à sa cause, la sélection de Ralph Krueger a balbutié son jeu durant l’intégralité de la rencontre et s’est finalement imposée sur le plus petit des scores (1-0), grâce à un but de Martin Pluess.

Dans les grandes compétitions, seule la victoire compte. Cela tombe bien, car l’équipe de Suisse n’a rien d’autre à retenir de son chiche succès face à la formation française. Un adversaire qui figure parmi les plus faibles contradicteurs présents à Berne et Kloten. Les hommes de Ralph Krueger ne sont semble-t-il jamais parvenus à jouer de manière relâchée, et cela s’est clairement vu tout au long du match.

Annulation légitime

Duant la première période, Mark Streit et ses coéquipiers ont pourtant bénéficié de 109 secondes à 5 contre 3, mais n’ont que rarement mis en danger le gardien Fabrice Lhenry. A la 12e minute, Martin Pluess croyait avoir fait le plus dur en ouvrant la marque en supériorité numérique. Le véloce attaquant de Berne a logé la rondelle dans la lucarne adverse. Malgré cet avantage au score, le jeu helvétique n’a pas été bonifié et les imperfections techniques n’ont pas cessé.

En fin de période intermédiaire, la France croyait même avoir égalisé, mais la réussite a été annulée car Yorick Treille se trouvait dans la zone de Martin Gerber. Au cours de l’ultime tiers- temps, les Coqs se sont créé quelques occasions de but par Hecquefeuille et Gras, mais le portier emmentalois a tenu la baraque avec autorité. Relativement peu sollicité, Gerber a tout même su être décisif, notamment lorsque Goran Bezina perdait la rondelle en zone intermédiaire. Au final, il a réalisé un blanchissage avec les 14 tirs qui lui ont été adressés.

Dans la marasme de cette première rencontre, un trio offensif est néanmoins sorti du lot. Comme depuis quelques semaines, la ligne Ruethemann-Gardner-Pluess a fait forte impression en se créant la majorité des actions dangereuses suisses. Si imposant devant le filet adverse, Ryan Gardner a sans cesse posé des problèmes à la défense française et ce n’est finalement pas une surprise si le seul but de la troupe de Ralph Krueger est venu de cette ligne d’attaque.

Triplette exemplaire

Il y a douze mois, l’équipe de Suisse avait également entamé son tournoi par une victoire face aux «Bleus» . A l’époque, le succès fut bien plus aisé avec une domination sans partage des joueurs de Ralph Krueger. Sans un extraordinaire Cristobal Huet, la sanction aurait pu être bien plus sévère que le 4-1 final. Durant ce premier match en terres québecoises, les Helvètes avaient plus impressionné que lors de cette rencontre initiale à Berne.

Dimanche (16h15), la Suisse aura l’occasion de montrer un tout autre visage face à l’Allemagne. Nul doute que cette victoire étriquée permettra aux Helvètes de se décrisper. Face à la phalange d’Uwe Krupp, l’opposition sera d’un tout autre calibre et une prestation plus aboutie sera nécessaire afin de se positionner idéalement en vue du tour intermédiaire.