Le Temps: Que répondez-vous à ceux qui trouvent indécentes les sommes d’argent véhiculées par le football?

John Dario: Le meilleur joueur du monde qui coûte 140 millions, c’est indécent?! Et Tiger Woods? Et Michael Schumacher? Et Michael Jordan? Ces champions gagnent ou ont gagné beaucoup plus que les quelque 30 millions que Ronaldo doit percevoir par année, entre son salaire et ses revenus publicitaires. Parmi les millions de gens qui jouent au foot de par le monde, il est le meilleur. Ces sommes ne me choquent pas du tout. Qui se demande combien Brad Pitt gagne pour tourner un film?

– Le football donne l’impression de rester imperméable à la crise. Est-ce vraiment le cas?

– Il faut faire attention… Il y a certes quelques joueurs hors norme, très chers à transférer et à entretenir, qui sont d’ailleurs très vite amortis. Mais crise économique il y a, et ça se sent. Les prix des joueurs compris dans la fourchette entre 0 et 3 millions sont tous revus à la baisse. De manière générale, les clubs ont intérêt à conserver les joueurs qu’ils ont déjà plutôt que d’aller voir ailleurs. Le marché est plus calme que les années précédentes, je sens que les clubs travaillent moins.

– Est-ce un problème pour l’agent que vous êtes?

– On fait moins d’affaires et les clubs cherchent à fractionner les paiements. Ça promet des commissions et ça revient en arrière le jour de la signature du contrat. Alors, comme agent, tu as tendance à «baisser ton froc» et à accepter de gagner un peu moins. Cela dit, nous ne sommes pas à plaindre. Mais ceux qui n’ont pas les reins solides connaissent des difficultés. Et entre agents, ça accroît la concurrence, ça devient de plus en plus malsain. Les gens se tirent dans les pattes.

– Dans l’esprit de beaucoup, l’agent de joueurs est assimilé à un pourri qui ne pense qu’à l’argent. Comment vivez-vous avec cette étiquette?

– Je m’en fiche, je continue à faire mon travail avec des joueurs comme Ludovic Magnin et Steve von Bergen, qui sont des amis, ou Ideye Brown, qui est un peu comme mon petit frère. Après, c’est la même chose dans tous les domaines: il y a des gens qui cherchent à faire de l’argent. Que dit-on des assureurs qui vous assurent trois fois pour la même chose? Et les banquiers, ce sont aussi tous des voyous? Et les immobiliers qui achètent une maison 1,2 million pour la revendre 1,7 le lendemain? Ça fait partie de la vie. Il faut être un peu fataliste. Moi, je connais pas mal de moralistes qui roulent dans de très belles voitures, et ça me fait bien rire.