Il y a deux sortes de public de tennis: celui qui vient voir des joueurs et celui qui vient voir un match. A Roland-Garros, on pourrait en ajouter un troisième: celui qui vient voir Roland-Garros, mais le Geneva Open ne se suffit pas encore à lui-même. Mardi, pour le match phare de l’après-midi, ceux qui étaient venus pour voir des grands noms ont été déçus: les deux joueurs sur le court – Johan Nikles et Leandro Riedi, tous deux aux alentours de la 300e place mondiale – étaient moins connus et réputés que ceux assis en tribunes: Marc Rosset, Severin Lüthi et, brièvement lors du tie-break de la deuxième manche, Daniil Medvedev.