L’Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne, huitième des dix-sept épreuves du Championnat du monde 2009 de Formule 1, dimanche sur le circuit de Silverstone.

Il précède son coéquipier australien Mark Webber et le Brésilien Rubens Barrichello (Brawn GP), 3e.

Plus fortes, les Red Bull, qui réalisent leur second doublé de l’année après Shanghai, n’ont laissé aucune chance à la concurrence. Vettel, pourtant largement plus chargé en essence que Barrichello, deuxième au départ, lui a mis en moyenne une seconde au tour pendant les vingt premières boucles.

Ravitaillant plus tard que ses adversaires, l’Allemand a au final mené l’épreuve presque de bout en bout, à l’exception de deux tours laissés à son partenaire Mark Webber.

Ce dernier avait dépassé Barrichello qui, moins rapide, l’avait bloqué durant tout le premier tiers de la course, à la faveur du premier arrêt aux stands. La route du doublé était alors largement ouverte pour les Red Bull.

Alonso, Hamilton à un tour

Barrichello termine donc troisième d’une course où il ne pouvait visiblement mieux faire, alors que son coéquipier, le leader du Championnat Jenson Button, finit sixième après une course anonyme, mis à part à la fin du GP, quand il a effectué une remontée impressionnante mais infructueuse sur Nico Rosberg (Williams).

Massa, à la faveur d’une excellente stratégie, se classe quatrième. Parti onzième, le pilote Ferrari, d’abord auteur d’un excellent départ qui lui a permis de dépasser deux concurrents, s’est arrêté aux meilleurs moments, ce qui lui a permis de gagner cinq autres places.

Le pilote Ferrari devance Rosberg (5e), Button, Jarno Trulli (Toyota) et son coéquipier Kimi Räikkönen, qui n’a pas connu la même réussite.

A noter les courses désastreuses de Renault, McLaren-Mercedes et BMW Sauber, dont aucun pilote n’entre dans les points. Fernando Alonso (Renault) et Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes), qui ont gagné trois des quatre derniers Championnats, ont été dépassés à la mi-course par Vettel qui leur a pris un tour !

Sébastien Bourdais (Toro Rosso), qui a heurté Heikki Kovalainen (McLaren-Mercedes) est l’auteur du seul incident d’une course pauvre en dépassements. Les deux pilotes ont été les seuls à abandonner.